Archives de catégorie : Financement

Vendre sa maison ou son appartement : comment réussir la vente de son bien immobilier en Suisse ?

La vente d’un bien immeuble n’a rien à voir avec celle d’un bien meuble. Pour assurer sa réussite, il est important d’observer certains critères et étapes indispensables. En effet, les démarches entreprises pour vendre votre maison ou votre appartement pourraient impacter positivement ou négativement sur le résultat que vous obtiendrez en fin de compte. Cela pourrait donc faire baisser le coût ou au contraire le hausser.

En termes de temps également, vous pouvez en perdre énormément si les décisions que vous prenez ne correspondent pas à la démarche qu’il convient d’observer. Ainsi, si vous souhaitez vendre vos biens immobiliers et que vous êtes situé en Suisse, notez qu’il y a certaines démarches que vous découvrirez à la suite de cet article et qui vous seront bien utiles.

La réussite de la vente immobilière : les clés et les étapes à prendre en compte pour réussir l’opération

Pour bien vendre son bien immobilier en Suisse et en tirer profit, sachez qu’il y a des étapes qu’il conviendrait de suivre :

Première étape : réaliser une estimation juste et concrète du bien immobilier

Pour réaliser une vente immobilière réussie en Suisse, la première étape qu’il vous faut accomplir est de connaître la valeur exacte de la maison ou de l’appartement à vendre. Pour accomplir cette étape, il serait avisé de vous rendre sur RealAdvisor afin de contacter un expert de l’immobilier avec assez d’expérience.

Il saura ainsi mettre en avant vos intérêts en réalisant une meilleure valorisation de votre bien immobilier. Il faut noter que grâce à la valorisation de votre maison ou de votre appartement au coût exact, vous bénéficierez d’un impact financier bien plus attrayant sur le marché.

Il vous sera donc plus facile de mieux vendre votre bien immobilier tout en gagnant en plus énormément en temps et en énergie. De plus, sachez qu’avec un coût juste vous pourrez attirer des clients sérieux et qualifiés en donnant de la meilleure manière qui soit de la valeur à votre bien.

Ainsi, il faut noter que pour assurer la réussite de la vente de votre bien immobilier, il est impératif que vous choisissiez très bien votre partenaire immobilier. En quelques mots, le meilleur partenaire immobilier, c’est celui qui saura dans un premier temps bien estimer la valeur exacte de votre bien immobilier.

Cela permettra sans nul doute de vous favoriser sur le marché auprès de futurs clients. Il devra ensuite s’assurer de bien vous accompagner tout au long du processus de vente en vous indiquant les meilleures décisions à prendre pour réaliser de meilleurs profits.

À quel expert immobilier vous fier dans votre région pour réaliser la meilleure vente immobilière ?

L’une des questions les plus importantes à se poser dans la réussite du processus porte sur ce qu’il convient de faire pour s’offrir le meilleur partenaire immobilier qui soit. Il faut donc de ce fait se demander celui qui répondra à vos attentes, saura s’adapter à votre situation et qui saura valoriser au mieux votre bien immobilier.

Il devra donc pouvoir faire passer vos intérêts avant toute autre chose au cours de la procédure de vente. Pour cela, vous pourrez vous rendre sur des sites professionnels aménagés pour vous offrir l’expertise d’un ou plusieurs experts de l’immobilier reconnus et compétents exerçant dans votre région.

L’objectif de la démarche réside dans le fait de vous rendre la tâche bien plus simple tout en vous mettant en relation de manière sécurisée et rapide avec un ou plusieurs partenaires immobiliers qui sauront correspondre à votre situation. Vous aurez de ce fait l’opportunité d’adopter la meilleure stratégie de vente possible afin de donner de la valeur à votre bien immobilier.

Deuxième étape : mettre en pratique toutes les démarches appropriées afin de réaliser une vente immobilière réussie

Après avoir déniché le ou les meilleurs partenaires adéquats pour réaliser votre vente immobilière, il y a un certain nombre d’étapes qu’il/ils devront suivre. Cela leur permettra de réaliser avec brio la vente de votre bien immobilier au meilleur prix. Découvrez de ce fait ici, les étapes nécessaires à suivre pour réaliser efficacement la vente de votre maison ou de votre appartement :

L’estimation du bien immobilier

  • Trouvez le professionnel immobilier qui répondra efficacement à vos besoins ;

  • Faire appel à l’expert immobilier expérimenté, reconnu et compétent pour l’estimation du bien immobilier ;

  • Le coût exact réalisé par un expert de l’immobilier reconnu en Suisse ;

Photographier

  • Faire intervenir un photographe expert ;

  • Faire une présentation traditionnelle du bien immobilier à l’aide de photos de haute qualité ;

  • Mettre en plus en valeur le bien immobilier via une vidéo bien réalisée ;

La diffusion

  • Faire une rédaction réussie et modifiée de l’annonce ;

  • Faire passer l’annonce auprès des meilleurs portails immobiliers en Suisse ;

  • Effectuer une brochure pour la vente immobilière ;

Réalisation de la visite du bien immobilier

  • Mettre en place des rendez-vous ;

  • Faire diriger les visites ;

  • L’importance des feedbacks aux propriétaires des biens avant et après les visites ;

Réalisation des négociations pour vous

  • Réaliser une analyse approfondie de la qualité des offres après leur réception ;

  • Réaliser une compétition favorable des offres concurrentielles ;

  • Effectuer des recommandations sur la décision finale de vente ;

Effectuer la finalisation de la procédure jusqu’au notaire

  • L’accompagnement du dossier jusqu’à finaliser la vente immobilière.

Troisième étape : continuer le suivi de la procédure de vente jusqu’à l’établissement de la signature de l’acte de vente auprès du notaire

Il est certain que vous recevrez des propositions des acquéreurs qui vous feront des propositions d’achat après avoir respecté toutes ces différentes étapes de vente. Il vous reviendra donc de choisir la meilleure offre qui répondra à la vente de votre maison ou de votre appartement.

Pour ce qui est de la toute dernière étape, il vous faudra vous rendre chez le notaire pour l’authentification officielle de la vente de votre appartement ou de votre appartement auprès du nouvel acquéreur. Si vous souhaitez réaliser la valorisation de votre bien immobilier pour une vente immobilière, vous pouvez à présent consulter la référence en Suisse dans le domaine.

Crédit immobilier : L’encours est-il toujours en hausse ?

Le compte courant étant devenu un standard de la banque, proposer des produits complémentaires permet aux établissements de parfaitement se positionner face à la concurrence. Et si le crédit à la consommation est en forte demande, le crédit immobilier reste le plus apprécié des clients. Il faut dire que les conditions de souscription à un tel contrat sont plus libres et permettent à chacun d’y accéder. La Banque de France a justement mené une petite analyse concernant le crédit immobilier afin d’établir le taux de popularité de ce dernier à partir des encours enregistrés par les banques. Quelles sont les fluctuations enregistrées concernant ce dernier ? Explications.

Les prévisions pour cette année 2019

Après une année fructueuse, le marché du crédit immobilier prévoit une petite baisse de l’encours pour cette année 2019. Selon l’étude de la Banque de France, les français développeraient une aversion au risque qui les pousserait à éviter de s’endetter. Le crédit immobilier étant le plus sollicité d’entre toutes les offres de prêts, il ne sera pas épargné par cette baisse de l’encours. Selon les professionnels dans le domaine, la baisse serait d’une valeur de 30 milliards d’euros environs. Même si ce taux de réduction de l’encours est assez important, le marché demeure stable et favorable à ceux qui souhaitent trouver un financement pour acquérir leur bien immobilier ou effectuer des rénovations par exemple. Cela se remarque par le taux d’emprunt qui est toujours aussi bas malgré les anciennes prévisions des banques. Seuls certains types de profils doivent craindre une augmentation du taux d’emprunt de leur banque. Bien sûr, la baisse d’intention de souscription à un crédit fait partie des paramètres que la banque prend en compte pour établir leur taux. Si cette dernière était de 5% en 2017, les statistiques ont démontré que le nombre de foyers souhaitant contracter un crédit s’est réduit de 0,8%.

Petit rappel sur l’encours du crédit immobilier en 2018

Comme l’indique le site comparatif Détective Banque, le crédit immobilier est proposé par de plus en plus de banques, que ce soit traditionnelles, en ligne ou même les néobanques. Face à cette augmentation de l’offre, les clients se retrouvent devant un large choix de crédits qui peut leur convenir et répondre à leur besoin au mieux. Le marché est donc en pleine évolution, ce qui est également le cas de l’encours du crédit immobilier lors des dernières années.

Une augmentation des prêts immobiliers

Il y a de cela 26 ans, la Banque de France a établi sa première publication concernant les statistiques monétaires. Si ces dernières étaient généralement évolutives, l’année 2018 a connu une hausse des plus remarquables et a permis d’établir un nouveau record par rapport aux encours du crédit immobilier. Cette dernière a été estimée à près de 1003 milliards et 163 millions d’euros à quelques mois de la fin d’année. Notons que ce même encours était de 300 millions d’euros seulement il y a 16 ans de cela.

Pourquoi l’encours est-il en hausse ?

Si l’encours du crédit immobilier est autant en hausse, c’est principalement à cause de la stratégie utilisée par la BCE concernant les taux d’emprunts. Alors que le taux d’appel de certains types de prêts est en hausse, celui du crédit immobilier est toujours en baisse. La moyenne en 2018 est donc établie à 1,5% avec un taux de 0% pour le refinancement, de 0,25% pour faciliter le prêt marginal et de -0,4% concernant la facilité de dépôt. Malgré l’avantage dont profitent les clients, les banques sont face à un déficit assez conséquent. Cela ne les empêche pourtant pas de proposer un taux aussi bas étant donné la concurrence qui existe sur le marché bancaire actuel.

Comment réduire son impôt sur les intérêts d’emprunt

Tout d’abord, il était auparavant impossible de déduire quoi que ce soit. C’est donc un avantage pour les acquéreurs de résidence principale, uniquement, qui doivent avoir contracté leur prêt auprès d’un établissement bancaire. Ensuite, il faut rappeler qu’il s’agit d’une réduction d’impôt – qui ne peut porter que sur les intérêts d’emprunt – et non d’une déduction d’impôt. Dans le cas de la déduction, on part de la charge déductible qui est soustraite de la base de calcul de l’impôt alors que la réduction d’impôt est ôtée du montant de l’impôt en lui-même. Ce mécanisme est donc plus intéressant puisqu’il s’agit d’une réduction d’impôt pure et dure. Certes, il est légitime de se demander quel est l’intérêt de déduire des intérêts d’emprunt quand on ne paye pas d’impôt ? Il y en a un et c’est la nouveauté de cette disposition. Par exemple, une personne qui déduit 1 500 € d’intérêts d’emprunt et qui ne paye que 500 € d’impôt recevra la différence, soit 1 000 € par le Trésor public.

Les limites de cette mesure

Elle a été mise en place dans le cadre d’une promesse électorale. Or, de manière absolue, si tout le monde peut en bénéficier, elle peut créer des inégalités. Il a donc été nécessaire de plafonner la réduction d’impôt, parce qu’elle avantage les plus gros emprunteurs, et d’un point de vue équitable, il fallait éviter que les plus aisés soient tentés d’abuser du système avec des dérives spéculatives. Cependant, ce sont les personnes les moins fortunées qui empruntent avec les délais les plus longs et qui par suite ont beaucoup plus d’intérêts d’emprunt. Elles sont donc les plus pénalisées par ce plafonnement. Pour un couple qui emprunte 100 % du montant de son achat sur une durée longue, l’effet mécanique est moins intéressant que pour un prêt d’un montant et d’une durée inférieurs.

Quelle est la portée réelle de cette mesure ?

Le plafonnement a considérablement réduit l’effet d’annonce. Et il est évident que face à un immobilier onéreux et des taux d’intérêt qui augmentent, le bénéfice est moindre pour l’acquéreur. Cette mesure ne fera que lisser les hausses. Par conséquent, le mécanisme de facilitation escompté pour l’acquisition d’une résidence principale reste limité. De plus, elle coûte cher à l’Etat. Mais 100 % des personnes qui en profitent, jouissent tout de même d’une réduction d’impôt qui peut atteindre 3 000 € la première année pour un couple marié.

Qui peut en bénéficier ?

La réduction d’impôt (ou « dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt ») est ouverte aux prêts contractés auprès d’un établissement financier pour l’acquisition ou la construction de l’habitation principale dont l’acte authentique d’achat a été signé après le 6 mai 2007. L’avantage fiscal s’applique aux intérêts payés à compter de la date d’entrée en vigueur de la loi, et à tous les accédants. Les contribuables peuvent donc le faire jouer sur l’impôt qu’ils acquittent cette année pour les revenus de 2007.

Comment profiter de la réduction ?

Les intérêts d’emprunt payés au titre des cinq premières années de remboursement ouvrent droit à un crédit d’impôt plafonné. Soit 40 % du montant des intérêts payés au titre de la première annuité. Puis 20 % du montant des intérêts payés pour les quatre annuités suivantes, dans la limite annuelle de 7 500 € d’intérêts versés pour un couple soumis à imposition commune, 3 750 € pour un célibataire, majorés de 500 € par personne à charge (250 € pour un enfant en garde alternée). Cela correspond donc pour les quatre dernières annuités à une réduction d’impôt de 1 500 € pour un couple, 750 € pour un célibataire et 100 € supplémentaires par personne à charge. Pour les personnes handicapées célibataires, le montant des intérêts versés est plafonné à 7 500 € et 15 000 € pour les couples soumis à l’imposition commune dont l’un des deux est handicapé. Le crédit d’impôt s’ajoute à certains prêts aidés, et notamment le prêt à taux zéro (PTZ). Dans ce cas, le crédit d’impôt est calculé sur les intérêts supportés par les acquéreurs au titre des prêts complémentaires au PTZ : prêt immobilier ordinaire, prêt épargne-logement.

conditions credit immobilier

Le guide complet sur le pret immobilier

Acheter un bien immobilier pour sa résidence principale, pour la location ou encore pour la revente, beaucoup l’envisage, mais beaucoup l’ont déjà fait également. A votre tour, vous avez aussi envie de vous lancer dans cet investissement. Vous vous demandez alors comment faire pour bénéficier du meilleur taux pour votre prêt immobilier. Ainsi, sachez avant toute chose que l’emprunt immobilier est soumis à de nombreuses conditions, hormis l’apport personnel, d’autres conditions doivent être considérées. Les détails.

Le rôle majeur des revenus dans le prêt immobilier

Condition majeure et principale, notons les revenus. En effet, les revenus de l’emprunteur jouent gros dans l’obtention d’un prêt immobilier. A savoir que plus le revenu est important plus les chances seront d’obtention du prêt considérables. Une option qui consiste généralement à vérifier le taux d’endettement de la personne concernée. En dessous du taux moyen de 30%, les revenus modestes se verront opter d’office pour des prêts aidés (PTZ Plus, prêt Paris logement, prêt action logement).

La sécurité financière de l’emprunteur

immobilierUne stabilité financière irréprochable compte aussi bien dans l’étude préalable des banques. Une vérification qui représente en quelque sorte une sécurité pour que la demande en elle-même acquiert une certaine crédibilité. Une sûreté qui prouvera la capacité de l’emprunteur à rembourser régulièrement les mensualités jusqu’au terme du prêt.

La condition sanitaire fait elle aussi partie des modalités liées à l’emprunt immobilier. Il est vrai que l’acquisition d’un prêt immobilier en 2018 ne repose en aucune manière sur la santé de l’emprunteur. Néanmoins, pour acquérir et contracter une assurance d’un emprunt immobilier, un questionnaire de santé fera partie des paperasses à remplir auprès des institutions de crédit. Ainsi, en cas de maladies ou autres problèmes sanitaires, il se peut que l’assurance soit refusée.

Vous voulez franchir l’étape, et faire une demande de crédit immobilier ? Vous êtes actuellement informer des différentes conditions, à vous de prendre les décisions.

Les options de remboursement du crédit immobilier

Les modalités de remboursement du crédit immobilier sont généralement préétablies à la différence de la forme que chacune d’elle peut avoir. Parmi lesquelles, le remboursement par échéances constantes. Il s’agit ici des échéances de remboursement qui restent inchangées jusqu’au terme du crédit immobilier. Aussi, le remboursement par différé d’amortissement qui consiste à l’unique règlement des intérêts au départ du crédit puis au remboursement du capital en différé. Et enfin le remboursement « in fine », soit plus explicitement, l’emprunteur aura le privilège de ne régler uniquement que les intérêts pendant toute la durée du crédit et remboursera le capital en une seule fois.

Aménager un remboursement de crédit immobilier

Pour toute souscription à un crédit immobilier, des aménagements de remboursement sont à prévoir. Vous serez néanmoins amenés à prévoir des échéances modulables à la hausse ou la baisse en rapport à la situation financière. Ceci dépendra alors de la hausse ou la baisse de vos revenus. Un de vos principaux avantages avec l’aménagement du remboursement de crédit immobilier est que vous pourrez aussi décider par vous-même de suspendre les échéances sur une période donnée. L’essentiel c’est que l’ensemble de votre crédit soit déboursé à la période de son échéance.

Il est aussi de votre droit de négocier un remboursement anticipé partiel ou total à votre guise. Ce type de remboursement est surtout utilisé en cas de vente d’un bien, ou de rachat de crédit ou encore de rentrée d’argent.

Par définition, un apport personnel est un investissement qui sort de votre propre trésorerie et que vous allez apporter pour compléter l’emprunt. Le pourcentage minimum de cet apport est de 10%. Mais si vous voulez que l’investissement soit plus sûr, il serait préférable d’atteindre les 30%. A savoir que hormis l’apport personnel, vous serez également amenés à débourser de vos poches les frais divers (frais de dossier, frais de garantie). Les détails.

Où piocher votre apport personnel ?

En tant qu’apport personnel, cette somme est souvent issue de vos propres épargnes. Il est également possible de débloquer une participation entreprise si vous souhaitez acquérir un bien, notamment une résidence principale. Sans oublier, le déblocage d’un produit d’épargne ou d’un héritage. Certains cas précaires peuvent néanmoins avoir droit à quelques faveurs en ayant recours à des prêts à taux réduits (prêt action logement, prêt à taux zéro…). Ce qui signifie qu’il existe plusieurs méthodes pour débloquer un apport personnel.

Comment obtenir un prêt immobilier sans apport personnel ?

Acquérir un prêt immobilier sans apport personnel est en effet faisable malgré le fait que les démarches s’alourdissent et soient un peu plus complexe. Dans ce cas-ci, la banque sera en effet un peu plus exigeante et pointilleuse sur chaque détail de votre dossier (ancienneté professionnelle, sécurité d’emploi, stabilité financière). Sans écarter le fait que les situations les plus crédibles l’emporteront (divorce, maladie…). Quoi qu’il en soit, le taux d’intérêt sera plus élevé que s’il y eu apport personnel. Donc, à vous de choisir la meilleure alternative qui vous convient le mieux.

Optimisez votre projet immobilier et optez pour un prêt qui vous permettra d’en tirer bénéfice. Retenez en tout cas que le taux d’apport personnel idéal est de 30% pour que vous soyez à même d’obtenir un taux avantageux.

Les frais négociables

Les frais de dossier pour un prêt immobilier sont généralement de 1% du montant emprunté. Pour éviter toute mauvaise surprise, soyez vigilants et assurez-vous qu’il est bien question de TTC et non Hors-taxes. D’ailleurs, notez qu’il est de votre libre droit de négocier les différents frais s’afférant aux dossiers. À l’instant où vous éprouvez le besoin de faire un prêt, vous pourriez vous retrouver submerger par des milliers de propositions, comme un taux immobilier credit mutuel, BNP ou boursorama, etc… Il serait cependant plus judicieux de prioriser vos négociations, les taux en premier lieu, et viennent ensuite les frais de dossier. Ne vous laissez également pas méprendre par une minime réduction des frais de dossier car ceci peut constituer un piège qui cachera un taux d’intérêt plus élevé par derrière.

Frais de dossiers : gratuits ou plafonnés

Quelques prêts sont privilégiés par une gratuité des frais de dossier, notamment les prêts à taux 0 + (le PTZ Plus), les prêts immobiliers proposés par la Poste et parfois même lors d’offres promotionnelles proposées par les banques à une occasion donnée.

Ne pas oublier qu’étant réglementés, les frais de dossier sont ainsi plafonnés à une certaine somme. En prenant le cas du prêt d’accession sociale, celui-ci est plafonné à 500 euros.

Différence entre frais de courtage et frais de dossiers

La confusion se créée souvent quand on parle de frais de courtage et frais de dossier dans le cadre d’un crédit immobilier. Il est nécessaire de noter qu’il s’agit ici de deux choses totalement différentes. Le frais de courtage étant le frais du courtier, versé à ce dernier. Et le frais de dossiers étant au profit de la banque, versé directement à la banque.

Renégocier son prêt immobilier pour obtenir un meilleur taux

house-1946371_960_720

Il y a quelques années ou mois vous aviez souscrit a un prêt immobilier avec un taux intéressant pour l’époque. Mais aujourd’hui vous constater que les taux immobilier son bien meilleur que celui que votre contrat actuel. C’est la raison pour laquelle vous vous demandez pourquoi ne pourriez vous pas bénéficier d’un meilleur taux immobilier, cela vous permettrai de finir de rembourser votre crédit plutôt ou diminuer votre mensualité.

Vous n’êtes pas sans savoir, que le remboursement d’un prêt immobilier est long et important dans la vie d’un homme. Si vous avez la possibilité de devenir propriétaire plus rapidement et pour moins d’intérêt sur votre somme emprunté, je pense que cela vous fera plaisir de pouvoir rentrer chez vous et de dire que c’est à vous, que vous ne devez rien à personne. Le marché immobilier étant soumis à la variation de l’offre et de la demande, certaine année sont meilleur pour effectuer un investissement immobilier. Et si votre taux est supérieur à 2,6%, que vous avez un capital à rembourser de plus de 70 000 €, que la différence en votre taux et le taux actuel est supérieur à 0.7 % n’hésitez pas à renégocier votre crédit immobilier afin de faire de véritable économies d’argent et de mensualité.

Négocier avec votre banque ou partir à la concurrence ?

Votre banquier ayant lui-même réaliser un emprunt pour vous avancer les fonds de votre prêt immobilier, la baisse du taux de votre crédit qu’il pourra vous accorder ne sera peut être pas aussi importante que si vous changez de banque. Il faut peser le pour et le contre, prenez le temps de réfléchir à tête reposé et vous aurez les idées un peu plus claire. N’hésitez pas à mettre en concurrence votre banquier et une offre concurrente, il y a un coup à jouer. Votre banquier va tenter de vous garder en tant que client en vous proposant des avances qui peuvent être lié à d’autres services que vous avez chez eux. La première chose à faire pour négocier est de faire une demande de renégociation de votre prêt en utilisant un modèle de lettre.

Rédiger une lettre de renégociation de prêt pour votre banque

Vous êtes prêt à franchir le pas. Vous ne savez pas comment faire, avec un site internet gratuit de modèles de lettres pour renégocier un prêt immobilier vous allez pouvoir trouver un exemple de courrier à personnaliser qu’il faudra faire parvenir à votre banque par voie postale afin que votre demande soi prise en compte.

Les différents prêts immobiliers

immo

Comprendre les crédits immobiliers

Vous avez un projet d’achat immobilier et vous vous sentez perdu devant la profusion d’offres de crédit. Voici quelques conseils pour éclaircir cette question.

À propos du crédit immobilier

Le crédit immobilier a pour objet le prêt d’une somme d’argent pour l’achat d’un bien immobilier existant ou à construire. Cette opération financière concerne l’acquisition d’un logement ou du terrain nécessaire pour le construire. Il peut s’agir d’une maison, d’un appartement ou d’un immeuble destiné à servir d’habitation principale, exclusive ou incluant un usage professionnel. L’offre de prêt peut aussi inclure les travaux de réparation, d’amélioration ou d’entretien que le logement exige. Elle s’étend aussi à l’acquisition de parts dans une société immobilière.

Vous pouvez obtenir un prêt classique en passant par un organisme financier, une banque ou un courtier. Votre interlocuteur vous propose une offre de crédit. Son montant dépend de vos ressources et sa durée, il est variable de 20 à 25 ans, voire 35 ans pour certaines banques. C’est à vous de choisir entre un taux fixe tout au long du prêt ou un taux variable progressif ou indexé. Une fois l’offre acceptée, les fonds sont débloqués et vous remboursez l’emprunt selon un tableau de financement prévu.

Les autres types de crédits immobiliers

Le prêt épargne logement est accessible si vous possédez un plan d’épargne logement (PEL) ou un compte épargne logement (CEL). À terme, vous pouvez obtenir un prêt à un taux avantageux et une prime de l’État.

Le prêt à taux zéro renforcé (PTZ +) vous concerne si vous êtes un primo-accédant acheteur d’un logement neuf ou ancien avec des travaux. Ce financement partiel est accordé selon vos ressources.

Le prêt conventionné vous sera proposé si l’organisme prêteur a passé une convention avec l’État. Il est accordé selon vos ressources et peut ouvrir droit à l’aide personnalisée au logement (APL).

Le prêt d’accession sociale (PAS) vous sera accordé si vous avez des revenus modestes. Il peut financer entièrement l’opération immobilière.

Des prêts complémentaires existent et sont cumulables entre eux. Faites appel au prêt Action Logement destiné aux travailleurs du privé ou aux prêts réservés aux fonctionnaires. Renseignez-vous aussi auprès des collectivités territoriales, des caisses de retraite complémentaires et des mutuelles.

reussir-achat-immobilier

Les clés pour réussir son achat immobilier

Vous souhaitez acheter un bien immobilier ? Que ce soit entre particuliers ou par un intermédiaire vous devrez être vigilants. Voici quelques conseils pour réussir ce projet.

Le financement

1) Établir de façon précise son budget avec un plan de financement précis en consultant plusieurs organismes bancaires dont sa propre banque et en leur demandant de fournir une simulation qui sera examinée en détail pour vérifier que le taux d’endettement n’est pas supérieur à 33% des revenus.

Ne pas se présenter à la banque en disant je voudrais acheter un appartement ou maison de tant de milliers d’euros mais en demandant quel est le montant maximal qu’il est possible de consacrer à cet achat compte tenu de ses revenus et de façon à ne pas être surendettés. Il est préférable de prendre contact avec des organismes spécialisés comme le Credit Agricole ou encore le Credit Foncier qui sont reconnus pour leurs offres intéressantes concernant les projets immobilier.

Nombre de couples divorcent dans les 2 ans qui suivent un achat immobilier car c’est trop dur d’en assumer les charges. Ces différentes simulations permettent de faire un premier choix des organismes qui proposent les solutions les plus intéressantes.

2) Attention, penser à intégrer dans votre budget le montant mensuel des charges de copropriété dans le cas d’achat d’appartement ;

La recherche du bien

reussir-achat-immobilier3) Définir clairement ses BESOINS sans être trop rêveur ni exigeant ainsi que ses ENVIES mais en restant cohérents Ils permettront de définir les CRITERES DE RECHERCHE (par exemple vous avez un gros chien, vous ne pouvez pas rechercher un studio de 20 m² sans balcon ni terrasse au 10ème étage) ;

4) Prendre des renseignements sur le marché du secteur.

5) Consulter les annonces d’offres immobilières attention à certaines annonces très alléchantes mais trompeuses. Privilégier les annonces avec photos pour avoir une première idée du bien.

6) Visiter le plus de biens possibles correspondant à ses critères qui vont s’ajuster au fur et à mesure des recherches.

7) Avant les visites lister toutes les questions à poser (par exemple dépenses d’électricité annuelles, d’entretien, date de construction, pour une copropriété date de dernière réfection de la façade, de la toiture ou travaux prévus non encore votés, taxe foncière…) et prévoir des fiches de visite pour en garder une trace fiable.

recherche-bien-immobilier8) Lors des visites être attentif au maximum de choses, ne pas hésiter à demander l’ouverture de placards, poser toutes les questions prévues et noter les réponses sur une fiche.

9) Demander à consulter le dossier de diagnostics techniques c’est un très bon indicateur de l’état du bien qui apporte beaucoup de réponses. Demander également les assurances décennale et dommages ouvrage si c’est un bien de moins de 10 ans.

10) S’informer sur le secteur auprès des voisins et en revenant à proximité à différents moments de la journée notamment le soir pour se faire une idée de la population locale.

11) Lorsqu’un bien est intéressant, le revisiter plusieurs fois et à différentes heures pour avoir une bonne notion de la luminosité.

L’offre d’achat et le compromis de vente

12) C’est le bon logement, il faut alors faire une proposition ou offre d’achat ; Surtout ne pas montrer un trop fort intérêt pour pouvoir négocier. Proposer un prix raisonnable en fonction du marché local mais pas ridicule, le vendeur sait s’il est largement au dessus mais il tente d’obtenir plus. Ne pas hésiter à faire plusieurs allers-retours.

13) Signer le compromis (voir paragraphe déroulement de la vente), une fois l’accord conclu.

14) Transmettre le compromis au notaire acquéreur en cas de signature entre particuliers et de présence d’un notaire pour chaque partie. S’il y a un seul notaire c’est le vendeur qui transmet le dossier. Le choix d’avoir 1 ou 2 notaires est libre car les notaires en tant qu’officiers d’état civil sont supposés être impartiaux quant aux intérêts des parties.

15) Attention ne pas verser d’argent directement au vendeur avant l’acte authentique. S’il exige un dépôt de garantie il faut signer le compromis en présence d’un notaire ou d’un agent immobilier disposant d’une garantie.

16) Déposer plusieurs dossiers de demande de prêt de façon à pouvoir comparer réellement les offres. Attention ne pas comparer des taux mais un TEG. Dans le délai de 15 jours à 1 mois, fournir une attestation au notaire ou au vendeur.

17) Réception des offres. Délai de 10 jours de réflexion avant le renvoi des offres. Transmettre une copie au notaire.

18) Revisiter en détail le bien juste avant la réitération par acte authentique pour vérifier que tout est conforme que rien n’a été détérioré ni enlevé depuis le compromis notamment en ce qui concerne le mobilier (cuisine). Il faut savoir que celui-ci sauf factures récentes transmises par le vendeur n’est jamais garanti.

19) Profiter de cette inspection pour poser des questions pratiques au vendeur.

L’acte authentique et la remise des clés

20) Signer l’acte authentique dès mise à disposition des fonds et récupérer les clés.

21) Si le bien n’est pas vide ou n’est pas vidé prévoir avec le notaire un séquestre et des pénalités sauf si un accord avait été conclu au moment du compromis.

22) Il est déconseillé d’occuper les lieux (emménagement ou travaux) avant l’acte authentique (problème d’assurance) sauf convention contraire écrite.

Vous pouvez désormais vous lancer dans votre recherche. Sachez que si un bien vous plaît il faut savoir être réactif car les biens au prix du marché ne restent pas longtemps à la vente.

 

Comment changer de banque

Pour une raison ou une autre, il se peut que vous éprouviez l’envie de changer de banque. Ce peut être parce que vous n’avez pas pris le temps de bien comparer les offres lors de votre souscription et que vous avez trouvé plus intéressant ailleurs. Ce peut aussi être que la concurrence a largement fait son travail et a réussi à vous convaincre malgré une coopération de plusieurs années avec votre banque. Ou vous effectuez un rachat de crédit dans une banque et vous ne profiter pour passer chez elle. En tous les cas, avant de prendre une quelconque décision, vous devez comprendre les principes de la mobilité bancaire.

La mobilité bancaire : Un nouveau concept qui a le vent en poupe

Le concept de la mobilité bancaire est tout récent. On a commencé à en parler depuis la fin de l’année 2016. Il s’agit d’un service qui consiste à améliorer la qualité de service des banques en ligne. Grâce à ce dernier, il est devenu plus simple et moins cher de changer de banque comme changer de chemise. Les procédures sont plus allégées, et les banques n’ont plus désormais le droit de vous empêcher de partir quel qu’en soit la raison. Il vous suffit seulement de régler les différentes paperasses pour être bien en règle.

Les avantages pour vous qui êtes client

La simplicité est le premier avantage que vous pouvez avoir en tant que client avec la mobilité bancaire. En effet, vous n’avez plus à entamer les démarches administratives pour le transfert de vos fonds d’une banque à une autre. Vous adressez simplement une demande à votre nouvelle banque qui se chargera de tout en votre nom.

Les frais de changement de banque se voient ainsi réduits grâce à ce principe. Bien sûr, la clôture de compte peut vous obliger au paiement d’une pénalité selon les banques, mais cela est compensée par une ouverture qui est souvent gratuite.

Choisir un taux fixe ou variable pour son credit

Il est souvent difficile pour les particuliers de faire le tri entre toutes les offres de prêt bancaires. S’ajoute à cela le choix d’un taux fixe ou révisable. De quoi faire perdre la tête. Ainsi, il est temps de mettre le point sur les avantages et les inconvénients d’un taux révisable afin de vous permettre de mettre toutes les cartes de votre côté pour ne pas tomber dans un surendettement.

Qu’est-ce qu’un taux révisable ?

tauxUn taux révisable, sur le papier, présente un avantage certain. La possibilité d’avoir de petites mensualités durant les deux premières années du prêt. Mais dans la mesure où le taux dépend de la volatilité du marché, vous serez surement, à un moment ou à un autre, à une hausse de ce plus valus. Ce qui peut vous entrainer dans une situation financière précaire.

Si vous souhaitez vous risquer à faire appel à ce genre de crédit, le mieux est encore de demander un taux capé à votre prestataire. Par cette démarche, vous pouvez avoir une estimation de la somme maximale des mensualités. Pour ce faire, il suffit de prendre le taux Euribor et de l’ajouter à la marge prise par les banques. En moyenne, le taux capé ne dépasse pas les 4 %. Plus de renseignements pour choisir son credit sur credifina.com.

Des modalités de remboursement variables

Mais compte tenu de la variabilité des taux, et de la difficulté de prévoir les charges mensuelles du ménage, il est conseillé de porter pour un crédit à taux fixe. D’ailleurs, si vous avez déjà signé un contrat de prêt à taux variable de 3,50 %, il paraît plus avantageux de changer les modalités de votre prêt pour un crédit à taux fixe.

De plus, un taux fixe de 0,70 % par mois contre une stabilité de votre situation ne semble pas cher payer.

Un crédit immobilier avec une banque en ligne

Le secteur des banques en ligne devient de plus en plus compétitif. Au détriment des banques physiques qui devraient donc être plus vigilantes, car après avoir proposé des prestations d’ouverture de compte apte à en attirer plus d’un, ce genre d’organisme virtuel s’attaque maintenant au crédit immobilier. Et leur prestation encore plus attractive peut faire perdre quelques clients même aux banques de renom.

Une demande de crédit plus facile et plus rapide en ligne

Si les offres de crédits immobiliers séduisent de plus en plus de particuliers de nos jours, c’est bien à cause de la facilité des démarches et de la rapidité de déboursement des sommes.

Les banques physiques ne devraient pas prendre la situation à la légère. Il ne s’agit plus ici de simulation, mais d’un véritable emprunt que les particuliers peuvent en bénéficier sans même à sortir de leur maison. Il suffit de remplir une demande sur le site des prestataires. Un gain de temps express sera au rendez-vous, ce qui ne manque pas d’intérêt dans une société toujours pressée.

Boursorama et ING Direct les reines sur le marché

Malgré la présence de plusieurs banques en ligne sur le marché, deux se dénotent particulièrement en matière de crédit immobilier. Il s’agit de Boursorama Banque et ING Direct. Ces deux prestataires attirent de plus en plus de clients par rapport à leurs offres, leur efficacité, leur sens de l’écoute, toujours disponible pour ses clients.

Chez Boursorama banque les frais de dossier sont offerts, aucun apport personnel n’est requis pour un prêt de moins de 20 ans et le TAEG est de 1.75 % depuis le début juin. De plus avec boursorama compte pro vous pouvez également avoir des finances pour financer votre société. L’offre de boursorama pour les professionnels est très avantageux, sachant que dès que l’on créé sa société l’entrepreneur est obligé d’ouvrir un compte pro pensez à vous pencher sur les offres de cette banque en ligne.

Chez ING Direct, les mensualités sont basées sur les revenus ou les loyers, mais 10 % d’apport personnel sont de rigueur.

Spécificité du crédit renouvelable

Vous êtes à la recherche de la meilleure option de financement de votre projet ? Et pourquoi ne pas penser à la négociation d’un crédit renouvelable ? Le crédit renouvelable est certainement la prestation la plus à part parmi toutes celles qui sont proposées auprès des institutions bancaires. Et la différence ne concerne pas que les méthodes de recouvrement ou de fixation des taux. Cela va bien au-delà.

Un crédit à la portée de tous

Le crédit renouvelable est aussi connu comme étant un emprunt pour les petits revenus. Mais pas exceptionnellement. Il s’agit d’un prêt avec un plafond de 5 000 euros, qui est peut-être sujet à un taux d’usure à moins de 3 000 euros, mais qui peut aussi être très attractif pour demande en plus de cette somme.

En tous les cas, si on suit la logique des demandes de prêt, le crédit renouvelable est un crédit à la portée de tous. Le capital disponible est moindre, ce qui oblige les banques à fixer des taux moindres et à proposer des offres moins chères.

Si vous n’avez pas donc de grand revenu par mois, il s’agit là du choix par excellence.

Un crédit aux mensualités variées

Malgré qu’il soit disponible à taux fixe, le crédit renouvelable fait aussi la différence grâce à ses mensualités variées. Et pour cause, peu importe le plafond de votre dette, vous n’aurez à verser que vos dépenses sur le compte de crédit en guise de mensualités.

Vous n’avez pris que 4 200 euros sur les 5 000 qui vous ont été accordés ce mois ? Ce ne sera pas la peine de verser 5 000 euros. 4 200 euros seront amplement suffisants pour régénérer les fonds de votre carte de crédit. Et cette flexibilité est un des avantages à noter pour un crédit renouvelable.

Sachez cependant qu’avec un crédit renouvelable s’il est souscrit dans de mauvaises conditions ou si vous gérez mal votre financement vous pouvez vite vous retrouver dans une situation de surendettement, pensez à utiliser seulement la somme nécessaire.

Source : credit-ligne-demande.com

Prêt d’accession sociale (PAS), une solution qui peut tout changer

Immeuble

Le PAS, autrement dit Prêt d’Accession Sociale, est une aide accordée aux personnes à faibles revenus. Associé à un dossier bien constitué, il donne sa chance aux personnes exclues par les banques. Pourquoi pas vous ?

Devenir propriétaire est un rêve caressé par de multiples personnes. Ne rendre de compte qu’à soi-même quant à l’aménagement et la décoration de son appartement, investir pour son avenir et celui de ses proches et se constituer un véritable patrimoine, telles sont les promesses tenues après l’acquisition d’un logement. Si les banques refusent d’accorder leur confiance à certaines familles aux revenus modestes, le gouvernement donne un coup de pouce salutaire pour réduire ces inégalités.

De multiples avantages

Fondé en 1993, le PAS est un prêt immobilier visant à favoriser l’achat pour tous. Il prend en charge la totalité de l’acquisition d’un logement, qu’il s’agisse d’un bien neuf ou ancien comme d’une accession sociale à la propriété. Il concerne également des travaux, pour réaliser des économies d’énergie, par exemple. Pour en bénéficier, il faut également respecter certaines conditions de ressources. Le Prêt d’Accession Sociale comprend également de multiples avantages.

Attention : pour bénéficier dun PAS, le logement acheté doit rester une résidence principale durant 6 ans. La location du logement est donc interdite durant cette période.

En effet, le PAS n’est pas qu’un simple prêt. Il ouvre aussi le droit à l’APL (aide personnalisée au logement). Certains frais, liés à l’achat d’un logement, bénéficient également de conditions avantageuses. Par exemple, les frais de garanties de l’emprunt seront remisés dans le cadre d’un PAS. Certaines banques proposent des frais de dossiers importants. Le Prêt d’Accession Sociale plafonne ces frais à 500 € maximum.

Comment faire valoir son droit au PAS ?

Les banques accordent des Prêts d’Accession Sociale. Pour connaître ses droits, il faut consulter un référent immobilier auprès de son établissement financier. Les courtiers immobiliers sont également de très bons conseils. Ils recherchent les meilleures offres auprès de multiples enseignes.

Carte didentité du Prêt d’Accession Sociale

  • Naissance : 1993.
  • Durée : entre 5 et 30 ans.
  • Champs : neuf, ancien et rénovation.
  • Financement à 100% incluant les taxes.
  • Obligation : un logement acheté dans le cadre d’un PAS doit rester la résidence principale durant de nombreuses années.

Le PAS donne aussi accès à :

Rachat de crédit : Quels avantages avec les outils de simulations ?

Vous avez plusieurs prêts en cours et vous voulez réellement réaliser un regroupement de crédits ? Avant de vous lancer dans ce type de crédit, vous êtes amené à effectuer une simulation de rachat de crédit. Divers sites internet vous proposent d’ailleurs cet outil afin de savoir la possibilité pour vous d’obtenir un rachat de crédits, notamment les nouvelles mensualités qui allégeront vos quotidiens. Mais à quoi servent réellement les outils de simulations ?

L’importance de faire une simulation

Avant d’envisager un rachat de crédits, il est primordial de passer par la simulation en ligne. Elle est en général une guide efficace pour se faire une idée du montant de sa future mensualité, notamment avant les démarches auprès d’une agence de prêt. Il faut savoir que cet outil est gratuit et sans aucun engagement. Des sites spécialisés proposent d’ailleurs leur service à cet effet. Il vous suffira tout simplement de remplir un formulaire pour effectuer votre simulation rachat de credit comme ici, avant d’être recontacté par un expert ou un conseiller financier en charge d’étudier votre dossier pour vous aider à obtenir un accord. En général, il est en mesure de défendre votre cause et de tout faire afin d’obtenir, pour vous, les meilleures conditions de prêts selon votre profil et vos projets.

La simulation est de ce fait nécessaire pour avoir une estimation de la nouvelle échéance sans contrainte. Juste en quelques clics, vous obtenez des réponses. Toutefois, vous serez amené à fournir quelques informations de base sur votre situation générale, le montant des crédits à racheter et le montant du supposé nouveau projet. Bien que ces informations soient basiques, les résultats se rapprochent tout de même du montant du réel rachat de crédits. Par ailleurs, afin de confirmer ces résultats, il est idéal de faire une demande de regroupement de crédits juste après la simulation en ligne.

Comment se réalise une simulation de rachat de crédits ?

Comme affirmée précédemment, la simulation de rachat de crédits peut se faire en ligne via divers sites dédiés. Une fois les résultats obtenus, vous n’aurez qu’à attendre l’intervention d’un conseiller spécialiste qui se charge de votre dossier. Vous devez dans ce cas connaître les étapes des démarches pour mieux comprendre l’outil de simulation.

Après avoir rassemblé les éléments nécessaires concernant votre dossier via le formulaire en ligne, le conseiller financier l’étudie sérieusement. Sous 24 heures, votre dossier sera proposé à différents partenaires bancaires. Ces derniers étudieront à leur tour votre cas et proposent également plusieurs offres de crédits. Le site sur qui vous avez effectué votre simulation vous présente par la suite des solutions et également les offres qui vous conviennent. En même temps, votre conseiller vous aidera à choisir l’offre qui vous correspondra. Avec la simulation de crédit, vous aurez l’occasion de connaître à l’avance les frais concernant le courtier, la banque et ceux du dossier. Vous aurez également des informations concernant les pièces à fournir pour monter le dossier. Toutefois, avec l’existence de nombreuses offres attrayantes, privilégiez les organismes qui ont une bonne notoriété.

Renégocier son prêt immobilier avec des taux bas

Depuis ces dernières années, on a constaté une réelle baisse au niveau des taux appliqués sur les prêts immobiliers. C’est ainsi que les emprunteurs sont nombreux à opter pour une renégociation de leur crédit. En effet, avoir la possibilité de bénéficier d’un taux plus bas permet de faire plus d’économie et de rendre un investissement plus rentable.

Les conditions de renégociation d’un prêt immobilier

L’Observatoire Crédit Logement/CSA a avoué en avril 2016 que les taux immobiliers sont largement en baisse avant la fin de l’année 2015. Il s’agit d’un évènement qu’on ne connaissait pas depuis les années 40, toujours selon l’avis de l’observatoire. Cette baisse influe relativement sur les emprunteurs qui décident de renégocier leur prêt. Deux raisons essentielles motivent la renégociation de prêt : d’abord la réduction des mensualités à payer et ensuite la possibilité de payer les mêmes mensualités, mais pour une période plus longue.

Quelques conditions sont à respecter pour pouvoir renégocier un prêt immobilier. Sur www.moncreditimmo.org, on peut trouver les informations nécessaires sur la procédure à entreprendre. On peut citer quelques-unes de ces conditions. D’abord, pour que la renégociation soit rentable, la différence entre l’ancien taux et celui actuel doit être d’au moins un point. Ensuite, un plancher minimum est exigé en ce qui concerne le capital restant dû. Il varie de 50.000 à 70.000 €. En fonction du montant encore à payer doit correspondre également la durée du délai de remboursement. Enfin, si on souhaite vendre un bien immobilier, il est conseillé de ne pas renégocier son contrat. En effet, cette solution engendre des frais supplémentaires.

Les frais à payer pour renégocier un prêt immobilier

Renégocier son prêt immobilier engendre de nouveaux frais. En effet, comme lors de la première souscription, des frais de dossier sont à prévoir avec le nouvel établissement de crédit. Il est donc conseillé de bien se renseigner sur ces derniers avant de signer un nouvel accord. Dans certains cas, une renégociation peut entrainer le règlement de certaines factures telles que les frais de remboursement anticipé, les assurances diverses…

Si les emprunteurs ont eu recours à des courtiers, des frais de courtage peuvent s’ajouter à la note. Cependant, certains prestataires ne font pas payer leur prestation s’ils ont été contactés sur leur site ou par téléphone. En effet, certains bénéficieront de la commission que les banques leur verseront au moment de la renégociation. Contrairement à cela, si l’emprunteur est passé par une agence, il aura à s’acquitter des honoraires.

Pour faire le bon choix en matière d’assurance de prêt

Certains éléments primordiaux tels que coûts et les garanties sont à étudier soigneusement avant de choisir son assurance de prêt. Afin de trouver l’offre la plus intéressante, l’idéal est de recourir à des courtiers en crédit immobilier à l’exemple de Bourse des crédits.

Une assurance pour se protéger des aléas de la vie

Même si cela n’est pas légalement obligatoire, souscrire à une assurance de prêt est toujours recommandé si ce n’est exigé lors de la souscription d’un prêt immobilier. Très utile, l’assurance de prêt est une protection à la fois pour l’emprunteur et pour l’établissement de prêt. En effet, elle assure à ce dernier le remboursement intégral du capital emprunté même en cas de défaillance de l’emprunteur. Pour ce dernier, c’est un moyen de se prémunir contre les aléas de la vie qui empêcheraient l’emprunteur d’avoir la faculté de rembourser les échéances de prêt. Par conséquent, elle évite toute saisie éventuelle de ses biens. Les conditions et les coûts d’une assurance de prêt diffèrent d’un organisme prêteur à un autre et influent fortement sur le coût global du crédit. De ce fait, il est important de bien choisir son assurance de prêt. Pour cela, il est conseillé de recourir à des courtiers en credit immobilier comme boursedescredit.com. Cette démarche ajoute une valeur ajoutée à la demande de financement, car l’intervention de Bourse des Crédits permet de bénéficier de certains avantages liés à une grande expérience dans le domaine des prêts bancaires et notamment dans les prêts immobiliers. Force de conseil et d’explications, les courtiers de Bourse des crédits sont d’une aide précieuse dans la comparaison et la négociation des meilleures offres de prêt existant actuellement sur le marché.

Les différentes garanties et la délégation d’assurance emprunteur

L’assurance de prêt comporte généralement deux types de garanties : celles qui sont obligatoires et celles qui sont facultatives. Les garanties obligatoires sont la garantie décès et la garantie invalidité. En ce qui concerne la garantie invalidité, elle varie selon le degré d’invalidité de l’assuré. On distingue la garantie PTIA ou « Perte Totale et Irréversible d’Autonomie », la garantie IPT ou «Invalidité Permanente Totale», la garantie IPP ou « Invalidité Permanente Partielle» et la garantie ITT ou « Incapacité Temporaire Totale». Dans la catégorie des garanties facultatives, il y a notamment la garantie perte d’emploi.

Depuis la loi Lagarde de 2010, il est désormais possible pour l’emprunteur de souscrire à une assurance de prêt auprès d’un autre assureur que celui de son organisme de crédit et cela sans frais ni pénalités. Toutefois, pour que cette délégation d’assurance soit validée, il est impératif que la nouvelle assurance de prêt présente des garanties équivalentes à celles initialement proposées par la banque de crédit. Par ailleurs depuis 2014, avec l’instauration de la loi Hammon, il est aussi possible de résilier son contrat d’assurance de prêt avant le premier anniversaire de celui-ci.