Comment visiter un bien immobilier a distance ?

De nos jours, l’achat d’une maison à distance est de plus en plus courant. Dans le monde de l’immobilier, il est devenu pratique courante depuis un certain temps déjà que les vendeurs visitent la maison à distance puis signent au préalable les documents d’acquisition du bien immobilier, il ne reste plus qu’au vendeur à effectuer un virement pour confirmer la vente.

Pourquoi acheter une maison à distance

« Les gens qui achètent à distance le font souvent pour acheter une résidence secondaire ou une résidence secondaire « , explique Todd Kadera, courtier résidentiel. Généralement, ils viennent d’une autre ville et ont des emplois et d’autres obligations qui les empêchent de passer beaucoup de temps à acheter une maison « .

Les investisseurs immobiliers peuvent également choisir d’acheter des maisons à distance. La plupart des investisseurs immobiliers suivent la règle du 1 %, qui stipule que le loyer mensuel gagné sur une propriété devrait dépasser le paiement hypothécaire mensuel de cette propriété, de sorte que l’investisseur atteint au moins l’équilibre sur la propriété. Il est plus facile de trouver des propriétés qui respectent la règle du 1 % dans certains marchés, qui peuvent être situés à une distance importante du domicile de l’investisseur. Par conséquent, l’achat d’une maison à distance peut être une option attrayante et rapide.

Quelle que soit la raison pour laquelle vous achetez à distance, il existe certaines mesures que vous pouvez prendre pour vous assurer que le processus se déroule le mieux possible.

Le bon agent immobilier

Vous dépendrez de votre agent immobilier pour gérer la quasi-totalité du processus d’achat d’une maison, il est donc essentiel que vous preniez le temps et que vous fassiez l’effort de trouver un bon candidat. « L’achat d’une maison implique beaucoup de pièces en mouvement « , dit M. Kadera. « Il est important de trouver une bonne adéquation de personnalité entre le client et l’agent. » Une entrevue est utile (voir ci-dessous pour quelques questions à poser), et c’est toujours une bonne idée de demander des références pour voir ce que les autres acheteurs ont à dire.

Renseignez-vous sur l’expérience de l’agent immobilier

Lorsque vous parlez à un agent potentiel, Kadera vous recommande de le demander dès le début : « Combien de fois avez-vous fait ce processus à distance ? » L’expérience est importante et les agents qui travaillent fréquemment avec des acheteurs éloignés sont plus susceptibles de comprendre son fonctionnement, de négocier favorablement et, ce qui est peut-être le plus important, de trouver des propriétés appropriées pour l’acheteur. L’agent devrait également être en mesure de donner des conseils sur un prêteur local. « Un prêteur non local est susceptible de faire appel à un évaluateur non local, ce qui peut sonner le glas de marchés uniques comme celui d’Asheville « , explique M. Kadera.

Renseignez-vous sur la disponibilité

De nombreux agents immobiliers travaillent à des heures irrégulières ou à temps partiel, ce qui peut être particulièrement mauvais pour les acheteurs éloignés. Votre agent vous servira de fondé de pouvoir, de sorte qu’il doit être disponible pendant les heures normales d’ouverture pour s’occuper de diverses tâches au cours du processus d’achat d’une maison, y compris l’inspection de celle-ci. « J’assiste à toutes les inspections de maisons, mais avec un client de l’extérieur de la ville, c’est crucial « , dit Kadera. « Dans un monde où les inspections de maisons ont lieu entre 9 h et 17 h, il sera très difficile pour un agent d’assister à votre inspection s’il a un autre emploi. »

Partagez votre liste de souhaits

Une fois que vous avez un agent, partagez votre liste de souhaits afin que l’agent puisse vous aider à trouver la propriété parfaite. Plus vous affinez votre liste, plus la recherche d’un logement peut aller vite – jusqu’à un certain point. Si vous avez trop de demandes, cela ralentira probablement le processus. Tenez-vous-en aux choses qui comptent vraiment – la taille, l’emplacement, le style de la maison, les placards – et laissez de côté les détails mineurs qui seraient faciles à réparer ou à mettre à jour dans toute maison. Et s’il y a des facteurs de rupture – des caractéristiques que vous ne pourriez absolument pas vivre avec (ou sans) – informez votre agent dès le début, afin qu’il ou elle ne perde pas de temps à regarder les mauvaises propriétés.

« Si vous êtes un agent, vous devez prendre la décision audacieuse d’appeler votre client et de lui dire que vous avez trouvé la propriété parfaite pour lui « , dit Kadera. En tant qu’acheteur, vous devez être certain que votre agent sait exactement ce que vous recherchez et qu’il a pris le temps d’examiner attentivement la maison. « Une maison pourrait être parfaite sur Internet, mais un bon agent pourra dire : « Non, ce n’est pas la maison pour vous parce qu’elle se trouve à côté d’une voie ferrée active. »

Investissement immobilier : Pourquoi acheter une maison à Barbizon

(source image : https://www.fontainebleau-tourisme.com/fr/barbizon/)

Vous souhaitez investir dans l’immobilier dans la commune de Barbizon, mais vous hésitez encore à sauter pas. Cela est tout à fait légitime, car l’achat d’une maison n’est pas une décision à prendre à la légère. Acheter une maison nécessite beaucoup de temps et surtout une mure réflexion. Pour vous aider à y voire plus clair, voici les principales raisons d’acheter une maison à Barbizon.

Barbizon, ville idéale pour une vie de famille

Niché au bord de la pittoresque forêt de Fountainebleau, ce village a attiré les peintres du 19ème siècle fascinés par la lumière et les paysages. Aujourd’hui, Barbizon a conservé son atmosphère de village mais abrite également des sites touristiques tels que des auberges, des restaurants gastronomiques, des boutiques et des sites historiques et culturels. Grâce à tous ces attraits, c’est une ville idéale pour s’installer et pour construire une vie de famille. Située à proximité de Melun et de Paris, elle profite à la fois de toutes les commodités nécessaires au quotidien et d’un environnement calme. En ce qui concerne le transport, Barbizon dispose de toutes les commodités nécessaires pour se rendre dans les grandes villes. En effet, il est possible de travailler dans la capitale parisienne et de rentrer tous les jours. Tous ces attraits font de Barbizon la ville idéale pour s’installer en famille et pour acheter une maison.

Le marché immobilier à Barbizon

Le prix de l’immobilier à Barbizon figure encore parmi les plus bas en France. Si le prix moyen en m² est aujourd’hui de 3410 euros, à Barbizon la moyenne est de 2760 euros appartements et maisons confondus. Le prix d’un appartement varie de 1845 euros/m² et 3425 euros/m², tandis qu’une maison coûte 2 020€ /m2 et 3 750€ /m2. En tenant compte du prix et de l’emplacement de la ville, investir dans l’immobilier à Barbizon est une véritable aubaine. A Paris, le prix moyen d’un appartement est de 3410 euros/m². Certes, la plupart des gens préfèrent trouver une maison à proximité de leur lieu de travail, mais les villes avoisinantes peuvent également être intéressantes si elles disposent de toutes les commodités nécessaires en matière de transport. Barbizon se trouve à 1 h 4 minutes de Paris, ce qui permet de combiner facilement travail et vie de famille pour ceux qui travaille dans la capitale parisienne.

Comment trouver une maison à acheter à Barbizon

Près de 95% des recherches de maison commencent aujourd’hui sur Internet. Grâce à cette nouvelle technologie, les acheteurs peuvent désormais parcourir des centaines d’annonces en ligne, faire des visites virtuelles et consulter des dizaines de photographies et de vues aériennes de quartiers et de maisons. Pour en tirer profit, il faut bien définir vos objectifs et vos besoins tant sur le type de maison que le quartier. Une fois vos objectifs fixés, vous êtes à mi-chemin de l’accession à la propriété.

Combien de temps faut-il pour acheter sa première maison?

Pour trouver une maison rapidement, il est conseillé de faire appel à un agent immobilier. Ceux qui se sont lancés dans la quête sans passer par un professionnel ont mis des mois voire des années avant trouver la perle rare. En ayant recours à un bon agent immobilier, vous pouvez trouver une maison en seulement deux jours. Les bons agents seront à l’écoute de vos désirs et de vos besoins et veilleront à ne proposer que les maisons qui correspondent à vos critères. Ils peuvent même prévisualiser les maisons avant de les proposer.

Ne ratez aucune annonce

Dans l’immobilier, ce n’est pas toujours l’offre la plus élevée qui est acceptée, mais la première. Par conséquent, si vous recherchez une bonne affaire, partez toujours à la chasse des nouvelles annonces. Demandez une approbation préalable à votre banque pour pouvoir accéder immédiatement à n’importe quelle propriété et demandez à votre agent immobilier de vous configurer des alertes par e-mail automatiques pour vous informer de toute nouvelle propriété mise sur le marché. Inversement, une autre façon de trouver des offres intéressantes consiste à rechercher des propriétés qui sont sur le marché depuis longtemps. Ces propriétaires sont souvent beaucoup plus disposés à vendre à prix réduit. Dans les deux cas, le meilleur moyen de trouver de telles opportunités est de faire appel à un agent immobilier à Barbizon ou de suivre le lien suivant : https://www.agencesainthubert.fr/acheter_maison_barbizon/acheter_maison_barbizon.htm

Quelles sont les procédures d’achat d’un bien immobilier en Thaïlande ?

Après avoir passé des vacances inoubliables dans les grandes villes de la Thaïlande, vous avez découvert que c’est un pays hautement touristique. Pour ce faire, vous avez véritablement envie d’investir dans l’acquisition de biens l’immobilier pour augmenter vos bénéfices. Découvrez ici les procédures pour l’acquisition d’un bien immobilier en Thaïlande.

Pourquoi investir dans l’immobilier en Thaïlande est-il une aubaine ?

Il existe de multiples raisons qui prouvent qu’investir dans l’immobilier en Thaïlande est une excellente opportunité à saisir. En réalité, dans ce sublime pays, le rendement locatif atteint les 10 % chaque année. En revanche, le rendement moyen de l’immobilier en France est de 1 % seulement.

De plus, les lois fiscales immobilières qui sont en vigueur en Thaïlande sont très attractives. En vérité, il n’existe pas de taxe d’habitation, de taxe foncière ou encore de droit de succession dans ce pays. De même, l’impôt sur le revenu foncier est aussi moins élevé qu’en France. De façon plus précise, le taux appliqué varie de 8 à 12 % en fonction des biens.

En Thaïlande, la valeur des biens immobiliers augmente jusqu’à 5 % chaque année. Ainsi, si vous acquérez un bien cette année par exemple, alors le bénéfice que vous allez gagner en vendant votre bien l’année prochaine sera très important. De même, si vous avez acquis votre bien récemment et que vous désirez le céder assez rapidement, alors sa plus-value augmentera toujours. En réalité, au cours de la vente, vous devez tenir compte du niveau du baht qui ne fait qu’augmenter chaque jour. Cette évolution du baht implique également celle de la plus-value.

En outre, à ce moment précis, les prix auxquels sont vendus les biens immobiliers en Thaïlande sont très captivants. Le capital que vous allez investir dans l’acquisition d’un logement pouvant servir de bureau ou d’habitation haut de gamme sera 3 ou 4 fois inférieur à celui que vous dépenserez en France dans certaines zones touristiques. Ainsi, en optant pour l’immobilier en Thailande, vous allez booster vos revenus.

Les différentes démarches pour acquérir un bien immobilier en Thaïlande

Les procédures d’acquisition des biens immobiliers en Thaïlande sont moins complexes. Il vous suffit de respecter certaines règles. Cependant, la manière la plus rassurante d’acheter un bien immobilier est de vous faire accompagner par une agence immobilière en Thaïlande. Cela vous évitera de tomber sur les arnaqueurs.

Faire appel à un conseiller juridique

La première démarche consiste à faire appel à un conseiller juridique pour vos négociations financières. Ce dernier se chargera de la vérification réelle des différentes pièces de la transaction. En effet, il faut noter qu’en Thaïlande, il n’existe pas de notaire : il est donc vivement conseillé de vous faire accompagner par un professionnel.

Par ailleurs, si vous ne vous exprimez pas correctement en anglais, vous avez la possibilité de faire appel à un conseiller francophone en vous rendant à l’ambassade de France.

Posséder un compte bancaire en Thaïlande

Pour l’acquisition d’un bien immobilier qui portera votre nom, vous devez nécessairement avoir un compte individuel dans l’une des banques thaïlandaises. En effet, cela rendra plus transparents les paiements, et vous payerez moins de frais. De même, à l’ouverture du compte, vous recevrez les certificats bancaires en thaï. Ces derniers sont nécessaires au moment du transfert de propriété.

La signature du compromis de vente

Dès que vous avez trouvé le bien immobilier que vous désirez acquérir, il vous revient de soumettre votre offre au vendeur à travers l’agent immobilier. Ce dernier est également bien placé pour vous fournir toutes les informations indispensables en rapport avec l’acquisition des biens immobiliers neufs ou anciens.

Cependant, si vous arrivez à trouver un accord sur le prix de vente avec le vendeur, il revient au conseiller juridique d’effectuer les vérifications qui s’imposent afin de s’assurer de la légitimité de la transaction. Si tous les documents sont authentiques et en règle, alors le compromis de vente doit être rédigé. Ce document doit obligatoirement comporter les différentes modalités de paiement dans le cas où elles seraient partagées. Il contiendra également les conditions validées par vous et le vendeur. De plus, pour confirmer la vente à la signature du compromis, vous devez verser un dépôt de garantie de 3 à 5 %.

La transmission des fonds

Si l’acquéreur ne dispose pas de permis de résident continuel en Thaïlande, alors les fonds doivent impérativement venir de l’extérieur. Ces fonds doivent être crédités sur le compte en Thaïlande, et la banque délivrera un document nommé « Foreign Exchange Transaction Form » qui servira à faire l’enregistrement du bien à votre nom sur le cadastre thaïlandais. De plus, en cas de revente, ce document permettra également de certifier le retour des fonds dans votre pays.

Pourquoi investir dans l’immobilier de nos jours ?

Comme il y a 30 ou 60 ans, les raisons pour lesquelles il est intéressant de devenir propriétaire ne varient pas. Être chez soi signifie pouvoir arranger son logement à sa guise et laisser à ses enfants un patrimoine. Mais l’économie oscille au fil des ans et la tendance se montre favorable au marché de l’immobilier.

L’investissement immobilier s’avère toujours aussi pertinent dans la conjoncture actuelle. Comme les taux d’intérêt sur les emprunts restent à des niveaux historiquement bas, cette année pourrait marquer un tournant en matière d’achat de biens. Qu’il s’agisse d’acheter un appartement ou une maison, pour la première fois ou non, pour louer ou pour y vivre, mettre de l’argent dans l’immobilier demeure, plus que jamais, dans l’air du temps.

Parce que les taux d’intérêt restent bas

Aujourd’hui les banques accordent des prêts à des taux, jamais utilisés depuis les années 40 ! À titre d’exemple, le quotidien Figaro a sorti la calculette : en 2012, un prêt sur 20 ans avait un taux fixe de 3,30 %, aujourd’hui, il atteint 2,60 %. Cette bonne santé économique commence à vaciller, c’est pourquoi il est important d’en profiter dès à présent.

Pour se constituer un patrimoine

Même si vous gagnez suffisamment bien votre vie actuellement, quand sera-t-il quand vos enfants deviendront étudiants ? Quand vos revenus diminueront drastiquement à l’heure de la retraite ? L’immobilier peut non seulement vous apporter une source de revenus non négligeable, mais également, un logement sans loyer pour vous et votre famille quand vous en aurez le plus besoin.

Pour profiter d’aides très incitatives

Il existe de multiples aides financières pour soutenir les acheteurs rappelle le réseau immobilier La Résidence : prêt à taux zéro qui fonctionne désormais dans l’ancien, conventionné, APL, Action Logement, PEL, aides spécifiques pour les jeunes, pour les primo-accédants, aides régionales, municipales, etc.

Pour offrir une richesse à ses enfants

Même sans ressources particulières, un bien immobilier constitue une source de revenus non négligeable. À votre décès la revente de votre bien permettra à vos enfants de se constituer également un capital.

Pour ne rendre de compte à personne

Vous avez envie de casser un mur ? De repeindre la salle de bain ou bien encore de louer votre appartement pendant vos congés ? Autant de désirs que votre propriétaire peut refuser. En achetant votre propre bien, vous pourrez choisir vous-même de réaliser des travaux d’entretien ou de décoration ou bien encore de louer votre chez-vous.

L’ouest attire de plus en plus d’acheteurs immobilier

C’est devenu le dernier secteur à la mode : après le Sud-Est et le Sud-Ouest, l’Ouest attire de plus en plus. En particulier la Bretagne qui, outre son cadre de vie, offre d’excellents taux de réussite scolaire !

A la conquête de l’Ouest

«Les migrations soutiennent le dynamisme démographique en Bretagne », explique l’antenne régionale de l’Insee. Et pour cause. Avec ses villes entreprenantes et ses stations balnéaires préservées , ce territoire séduit. Au troisième trimestre 2006, son économie continuait d’aller de l’avant et le chômage poursuivait sa décrue. Conséquence : « La croissance de l’excédent migratoire de laBretagne est entièrement imputable à la classe d’âge des actifs ». C’est l’Ile-de-France qui apporte, ici encore, la principale contribution. La Bretagneapparaît désormais très attrayante après avoir fait longtemps figure de parent pauvre. Mais elle n’attire pas que les actifs. Elle se place aussi au troisième rang des régions françaises pour le taux de solde migratoire des seniors. Des retraités qui viennent ici retrouver leurs racines sur une terre de légendes ou goûter aux joies d’un climat tempéré.

2012 : toute la Bretagne à trois heures de Paris

L’autre raison de son succès : sa proximité de la capitale grâce à l’autoroute, au TGV… et à l’ADSL. Sur le marché haut de gamme, concentré sur le littoral, la demande reste soutenue par des Franciliens retraités, mais aussi des quadras et des quinquas qui, grâce au télétravail, délocalisent patrimoine immobilier et famille. Car la Bretagne dispose d’un autre pouvoir de séduction : son taux de réussite scolaire. L’Ille-et-Vilaine et le Morbihan connaissant les plus fortes croissances de population, grâce au TGV qui place Parisà 2 h 10 de Rennes ou trois heures de Vannes .

Bien sûr, ce sont les départements où les prix sont les plus hauts. Voire prohibitifs quand les balcons du golfe du Morbihan ou des côtes malouines proposent la vue sur la mer . En Bretagne, l’immobilier , qui frise les 50 % de hausse depuis 2003, demeure cher par manque d’offres. Des perles restent tout de même à dénicher, notamment dans le Finistère en passe de devenir le nouvel Eldorado breton. Non seulement il abrite quelques-uns des meileurs lycées de France , mais il préserve encore des accès directs sur les plages, par exemple dans la baie de Douarnenez, à 300 000 euros ! Du très rare, et bientôt introuvable… car cette côte pourrait n’être plus qu’à trois heures de TGV de Paris en 2012.

Douce campagne francilienne

Les bouchons commencent aujourd’hui à 60 kilomètres de la capitale, et non plus à 30. « L’étalement urbain s’accélère autour des villes de moins de 10 000 habitants », indique en effet l’Insee. Jusqu’en 1999, les villes grandes et moyennes se développaient très vite. Depuis, « la croissance démographique se porte là où l’on se trouve à la fois dans un cadre de vie rural et dans la zone d’attraction d’un ou de plusieurs pôles urbains ».

C’est exactement le cas du Bassin parisien. Bien sûr, cette « rurbanisation », accélérée par la hausse des prix de l’immobilier dans et autour de la capitale, a ses inconvénients. Les budgets de déplacement sont lourds et l’offre en services et équipements peine à se développer, notamment l’Internet à haut débit. Pour autant, ce choix prioritairement motivé par la recherche d’un meilleur cadre de vie comporte de beaux avantages.

La troisième couronne redynamisée

Touchées par ce phénomène : les zones rurales de Seine-et-Marne . Une destination choisie par Isabelle, Michaël et leurs deux enfants. Ils y ont troqué un appartement exigu en première couronne contre une maison avec jardin , dans un village au décor digne de Jacquou le Croquant. Lui, commercial itinérant, gère son temps de travail. Elle, couvre chaque jour 60 kilomètres pour se rendre au bureau et en revenir… avec bonheur. « Les enfants vont à l’école à pied. Des amis se sont installés ici, et nous avons sympathisé avec les voisins de notre âge ». De nouvelles amitiés pour les barbecues du week-end et les promenades en VTT dans la forêt située juste au bout de la rue.

Car ces départs sur les franges franciliennes, suscités par la recherche d’un nouvel art de vivre à la campagne, sont également favorisés par le télétravail. La troisième couronne en devient d’autant plus séduisante : l’Oise , l’Eure , le Loiret ,  l’Yonne , l’Eure-et-Loir , la Marne , l’Aube et l’Aisne . Des départements où s’installe une nouvelle catégorie de Franciliens attirés par cette qualité de vie au vert. Mobiles, ils préfèrent les petites et moyennes communes et favorisent le développement local. Ils s’accompagnent d’une clientèle plus aisée qui achète et revalorise le patrimoine. Tout pour redynamiser une troisième couronne, à la fois si proche et si éloignée de Paris .

Et si vous achetiez dans le sud de la france ?

Le Sud-Est a tout pour plaire : soleil, mer, montagne, emplois, le tout à trois heures maximum de Paris en TGV. Autant d’atouts qui en font l’une des régions les plus prisées par les investisseurs et les Français en quête de changement

Sud-Est : l’Eldorado ensoleillé

 «Après le boulot, je fonce à la plage de mai à fin octobre », se félicite Eric. Ce jeune cadre supérieur a parié sur un nouvel emploi dans le Sud-Est, en quittant, avec femmes et enfants, son trois-pièces dans l’Est de Paris , pour une villa avec piscine tout près de la plage de Saint-Cyr-sur-Mer. Forcément, ça fait rêver. Et grimper les prix immobiliers : + 114 % en Pacaentre 2000 et 2006. La plus forte progression avec Rhône-Alpes (103 %), juste derrière l’Ile-de-France .
Car Paca et Rhône-Alpes sont idéalement desservies par le TGV qui met la Méditerranée et les pistes de ski à moins de trois heures de la capitale. Du coup, pour la seule région Paca, 10 % des habitants recensés en 2006 n’y vivaient pas en 2001. L’Ile-de-France contribue pour près de 60 % à cet excédent migratoire. Il n’est donc plus rare de voir certains micromarchés (quand ils affichent des critères de valorisation tels que la qualité de l’adresse, du bien, la proximité de la mer…) s’aligner sur les prix parisiens ou même les dépasser.

Les jeunes actifs réinvestissent les villes

Comme partout, le moteur des mouvements migratoires reste l’activité économique. Ce qui joue nettement en faveur du Sud-Est : la région Rhône-Alpes , déjà deuxième région française par la superficie et la population, se place dans le peloton de tête des grandes zones économiques européennes. Dans ce contexte dynamique où des milliers d’emplois vont être à pourvoir dans la prochaine décennie, les nouveaux arrivants sont jeunes. Plus des deux tiers ont moins de 40 ans et un sur deux est diplômé de l’enseignement supérieur.

Ils exportent avec eux leur concept de vie : un brin bobos, pas rebutés par les vieux immeubles, en quête de belles surfaces à personnaliser, et très friands du « tout piéton ». Et Lyon , grâce également à ses grands projets d’urbanisme, voit ses quartiers populaires désormais conquis. Dans le Midi, ils laissent aux retraités ou aux riches étrangers les petites villes de bord de mer, souvent hors de prix, et réinvestissent les centres-villes. Conséquence : les populations de Marseille , Nice ou  Toulonaugmentent après une traversée du désert dans les années 90… mais les prix aussi !

Sud-Ouest : le pays où il fait bon vivre

Le Sud-Ouest séduit surtout pour sa qualité de vie sous le soleil, attirant les retraités sur ses côtes et les actifs dans ses deux grandes capitales régionales. Une tendance qui devrait se confirmer grâce à l’amélioration des réseaux de transports.
Rugby, surf, cassoulet, foie gras, crus classés, vieilles pierres… Bien sûr vous êtes dans le Sud-Ouest. Un territoire longtemps réservé à ses habitants, ses expatriés de retour pour les grandes vacances et à quelques aficionados. Car avant les autoroutes A 10 et surtout A 20, avant le TGV, avant les compagnies low-cost, le Sud-Ouest, il fallait y aller !
Pourtant, depuis 1975, la croissance démographique de ce territoire entre causses, Atlantique et Pyrénées repose presque exclusivement sur l’excédent migratoire… La tendance devrait s’accentuer avec les baby-boomers en retraite qui s’installent principalement sur les côtes. Dans le bassin d’Arcachon , idéalement desservi par le TGV, arrivent aussi les Franciliens profitant du télétravail et des RTT, à côté de « people » lassés de Saint-Tropez. Les Landes , à l’abri de leur forêt domaniale, et la Côte basque sont toutes deux préservées d’un bétonnage excessif. Mais lorsque protection du littoral rime avec offre insuffisante, on peut parier sur des prix élevés.

Bordeaux, Toulouse : deux rivales attrayantes

Le Sud-Ouest, c’est aussi une économie dynamique tirée par deux locomotives : l’aéronautique/espace/systèmes embarqués et les biotechnologies/santé. Résultat : de plus en plus d’actifs viennent vivre à Toulouse et Bordeaux , poussant le marché à la hausse avec une augmentation des prix ininterrompue depuis 1998, et de plus de 50 % depuis 2001. Dans le match qui les oppose, Toulouse devance toujours Bordeaux , mais d’une courte tête.

Car la capitale de l’Aquitaine connaît un réel engouement. Elle a restauré ses quais, inauguré son tramway. Du coup, ses habitants renouent avec le centre-ville. Les Franciliens arrivent aussi, prêts à partager leur vie entre Bordeaux et Paris . Car, finalement, la Girondine jouit d’un sacré avantage : sa proximité de Paris grâce au TGV. Seulement trois heures pour rallier la capitale, contre plus de cinq heures pour la ville Rose. En attendant la construction d’une à ligne grande vitesse entre les deux métropoles régionales à l’horizon 2016, qui mettrait Toulouse à 3 h 06 de Paris et pourrait rendre encore plus proche ce Sud-Ouest déjà tant apprécié.

Neuf ou ancien : que choisir ?

Trente et un millions de logements anciens. 400 000 nouvelles constructions environ par an. Forcément, il est plus facile de trouver un bien à sa convenance dans l’existant. D’autant que les prix y sont généralement moins élevés. De son côté, le neuf ne manque pas d’attraits. Panorama des avantages et des inconvénients des deux secteurs.

Les avantages à prendre un bien immobilier neuf

Pas de travaux pendant dix ans ! Dans le neuf, le constructeur doit offrir une garantie décennale qui le rend responsable des qualités de sa prestation. Un atout à considérer d’autant qu’il s’ajoute à des frais d’acquisition réduits (frais de notaire, taxes…) : de 2 à 3 % dans le neuf contre 7 % dans l’ancien. En outre, les acquéreurs de neuf sont exonérés de taxe foncière pendant les deux ans qui suivent la fin de la construction.

Les nouveaux logements doivent par ailleurs répondre aux exigences de la Réglementation thermique 2005. Une disposition qui émane de la volonté de l’État de diviser par 4 d’ici à 2050 les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. La France s’est engagée à respecter cette notion appelée « facteur 4 » en ratifiant les accords de Kyoto. Conséquence : le neuf jouit de bonnes performances thermiques et acoustiques, accompagnées de réelles économies d’énergie . Ces prestations font évidemment grimper le prix de 10 à 20 % par rapport à l’ancien. Autre aspect à prendre en compte : c’est le plus souvent en périphérie que sont édifiés les nouveaux programmes à cause de la pénurie de foncier dans les villes.

Prévoir les travaux

Les adeptes du centre-ville trouveront donc plus facilement leur bonheur dans l’ancien. Acheter dans l’existant, c’est aussi bénéficier de prix inférieurs à ceux du neuf. Quoique… Dans certains secteurs comme à Paris , Lyon ou Toulouse et sur le littoral très prisé, la forte hausse des prix de l’immobilier et la faiblesse de l’offre en neuf tendent à lisser les valeurs. Cependant, l’ancien permet de bénéficier de prêts aidés, de subventions auprès de l’Anah*, ou de crédits d’impôt pour des travaux importants ou spécifiques (installation d’une pompe à chaleur, par exemple). Des possibilités à regarder de près. Car l’objectif du « facteur 4 » devrait bientôt se traduire par une réglementation thermique obligeant à l’amélioration des performances énergétiques également dans l’ancien. Un budget de travaux estimé de 17 000 à 20 000 € par logement, à ajouter à ceux entraînés par l’état vétuste de certains biens. Certes, il reste le fameux cachet de l’ancien : la pierre, les poutres, les tommettes, le parquet détrônent encore pour beaucoup les plans plus rationnels et les espaces lumineux du neuf.

Réussir son premier achat immobilier

Attention au coup de coeur qui fait chavirer les esprits. Car coup de coeur ne signifie pas forcément bien idéal et adapté. Première chose à accomplir : s’assurer de sa capacité budgétaire. Il faut donc hiérarchiser ses critères. Appartement ou maison . Neuf ou ancien. Avec ou sans travaux. Proximité du travail, des écoles, des commerces ou des transports. Etage ou rez-de-chaussée, avec ou sans ascenseur. Terrasse, parking ou jardin . Le tout pour dégager un compromis entre ce que l’on souhaite et ce que l’on trouve.

C’est le jour J ? Il faut s’informer de l’état du bien visité, de la cave au grenier. Et ne pas hésiter à revenir de jour, de nuit, la semaine, le week-end. Le meilleur moyen pour mesurer la luminosité, le bruit des voisins ou de la rue. C’est aussi le moment de s’informer du montant de la taxe foncière et de la taxe d’habitation. Dans le cadre d’une zone pavillonnaire, il faut s’intéresser au coefficient d’occupation des sols (COS) pour connaître les possibilités d’extensions horizontale et verticale de sa maison… et de celles des voisins !

Comment bénéficier de l’accession sociale à la propriété ?

architecture-2295480_960_720

L’accession sociale à la propriété est très intéressante, à condition évidemment de pouvoir en bénéficier. Quelles sont les conditions pour bénéficier d’un prêt PSLA ? On vous explique tout en détails.

Découvrir les conditions d’octroi

Pour faire une demande de Prêt Social Location Accession (PSLA), vous devez tout d’abord remplir certaines conditions d’éligibilité comme le rappelle www.logirem-accession.com.

Vous devez être français ou étranger titulaire d’une carte de séjour, bénéficier de revenus inférieurs aux plafonds fixés par la loi, et faire cette demande pour financer votre résidence principale. Si vous répondez à tous ces critères, alors vous pouvez déposer un dossier auprès d’un établissement bancaire qui pourra ou non accéder à votre demande. En réalité, les critères d’acceptation du PSLA sont exactement les mêmes que pour un prêt immobilier classique.

En revanche, les APL sont déduites de la mensualité du prêt pour calculer le taux d’endettement.

Connaître les plafonds de revenus

Pour pouvoir bénéficier de l’accession sociale à la propriété, il faut que le total de vos revenus soient inférieurs aux plafonds fixés par la loi. Le revenu à prendre en compte est le Revenu Fiscal de Référence de l’année n-2. Ainsi, le coût total de votre acquisition ne doit pas dépassé le neuvième de vos revenus. Vous devez également prendre en compte la zone de votre future acquisition.

La zone A concerne l’agglomération parisienne, la Côte d’Azur, le Genevois français, et les grandes agglomérations de province.

La zone B1, concerne les agglomérations de plus de 250.000 habitants, la grande couronne autour de Paris, et le pourtour de la Côte d’Azur.

La zone B2 concerne les agglomérations de plus de 50.000 habitants, et le pourtour de l’Île-de-France.

Et tout le reste du territoire appartient à la zone C.

Nombre de personnes Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
1 37 000 € 30 000 € 27 000 € 24 000 €
2 51 800 € 42 000 € 37 800 € 33 600 €
3 62 900 € 51 000 € 45 900 € 40 800 €
4 74 000 € 60 000 € 54 000 € 48 000 €
5 85 100 € 69 000 € 62 100 € 55 200 €
6 96 200 € 78 000 € 70 200 € 62 400 €
7 107 300 € 87 000 € 78 300 € 69 600 €
8 et plus 118 400 € 96 000 € 86 400 € 76 800 €

Lorsque toutes ces conditions sont remplies, vous pouvez en théorie bénéficier de l’accession sociale à la propriété.

Construire maison en bois : est-ce possible partout en France ?

house-2609603_960_720Dans le marché de construction de la maison en bois, les deux premiers segments à savoir la construction du logement en bois collectif et les extensions-surélévations en bois, ont connu une croissance positive, tandis que celui de la construction de la maison en bois individuelle a subi un ralentissement, ces six dernières années

Marché de construction de la maison en bois individuelle

La construction des maisons individuelles en secteur diffus, se répartit significativement en 2280 maisons sont construites en Auvergne-Rhône Alpes, 1310 maisons dans la région de la nouvelle-Aquitaine, et 995 maisons dans la région de l’Occitanie, dans l’année 2016. Par ailleurs, 2755 maisons individuelles en bois en secteur groupé, sont construites durant cette même période

Marché de construction du logement en bois collectif

La construction du logement en bois collectif, se caractérise globalement par 1880 logements construits dans la région d’Auvergne-Rhône Alpes, 1720 logements dans la région de l’Île-de-France, et 1805 dans la région de la nouvelle-Aquitaine, à la fin de l’année 2016

Marché des extensions-surélévations en bois

Les extensions-surélévations en bois, se résument dans un ordre d’importance en 1530 unités sont construites dans le Pays-de-la-Loire, 1475 dans la région de l’Auvergne-Rhône Alpes, 1425 dans la Normandie, 1180 dans la nouvelle-Aquitaine, 1125 dans la Bretagne, à la fin de l’année 2016

Parts de marché de la construction bois

Le marché de maison en bois individuelle a enregistré 12 435 unités représentant 8,7% la part de marché en 2016, contre 14 500 unités représentant 10,6 la part de marché en 2014 ; avec une régression de l’ordre de 1,9%.
Le marché de logement en bois collectif a enregistré 8 960 unités représentant 4,0% la part de marché en 2016, contre 5 220 unités représentant 2,6 la part de marché en 2014 ; avec une progression de l’ordre de 1,4%.
Le marché des extensions-surélévations en bois a enregistré 9 930 unités représentant 27,80% la part de marché en 2016, contre 9 225 unités représentant 20,1 la part de marché en 2014 ; avec une progression de l’ordre de 7,7%

Le marché de construction de maison en bois en France, offre des perspectives favorables à court terme. Les maisons AXE & D de leurs demandes importantes par les investisseurs, offrent des opportunités de construire des maisons en bois partout en France.

Terrain à acheter : comment trouver la bonne parcelle pour faire construire ?

new-home-1664252_960_720

Il existe de nombreuses manières pour trouver le terrain idéal pour construire une maison individuelle notamment à travers les annonces publiées par les aménageurs-lotisseurs sur les supports médias ou par bouche-à-oreille. Voici quelques conseils pour trouver le bon terrain sans encombre.

Les types de terrain à choisir : en lotissement ou isolé ?

Lorsque le terrain est en secteur diffus ou isolé, la parcelle est hors lotissement, c’est-à-dire qu’elle ne provient pas d’un seul bloc divisé en plusieurs lots. Elle est plus avantageuse par rapport au terrain en lotissement. Effectivement, la parcelle offre plus de liberté de construction de tout type de bien immobilier. Toutefois, certaines règles d’urbanisme restent à respecter. De plus, l’acheteur est libre de choisir son agent constructeur de maison en optant pour le terrain isolé. En revanche, les démarches administratives pour l’obtention d’un terrain diffus sont nettement plus compliquées que celui du terrain en lotissement. Sur ce, c’est à l’acheteur de prendre les décisions qui lui conviennent en fonction de ses besoins.

Comment dénicher le terrain viable ?

À la recherche de bons terrains à bâtir sur parcelle-a-vendre.com? Il faut à tout prix dénicher le terrain viable. Ce dernier dispose d’un accès facile à l’eau, à l’électricité, et au réseau téléphonique. Le terrain en question doit être en parfait raccordement avec les principaux systèmes réseau de distribution. Si l’acheteur souhaite acquérir un terrain déjà aménagé, les tâches sont minimes, tous les raccordements sont déjà effectués par un lotisseur professionnel. En revanche, il se peut que les parcelles à vendre entre particuliers nécessitent des travaux alourdissant la facture. Le raccordement des réseaux de distribution éloigné de la parcelle peut atteindre la somme de 10 000 euros. De plus, la négociation entre l’acheteur et le particulier s’avère plus difficile.

Comment choisir un terrain dépourvu de glissement ?

Lors d’un achat d’une parcelle, il est primordial de connaître la composition et situation géologique du terrain comme la présence d’un sous-sol en argile, d’une carrière ou d’une source. Si le vendeur fournit toutes les informations en amont, les particuliers ne sont pas responsables de tous les sinistres qui peuvent venir. De ce fait, avant la signature, il est préférable de demander à un bureau d’études géothermiques une réalisation des études dites G12.

Quel budget pour un appartement à Paris ?

paris-2643595_1280

Si vous projetez acheter ou louer un appartement à Paris, vous devez absolument préparer un budget. Dans le cadre d’un achat, le montant à prévoir n’est pas le même d’un arrondissement parisien à un autre. Quant à la location, le plus important est de connaitre le coût moyen du m² loué dans la capitale afin de bien vous armer financièrement.

Budget approximatif à prévoir pour acheter un appartement à Paris

Le prix d’un appart situé au cœur de Paris peut varier énormément d’une agence immobilière à une autre. C’est pourquoi il est recommandé d’estimer le prix du type de bien qui vous intéresse sur cabinet-kmi.com afin de prévoir le budget qui convient.

Toutefois, on note en général qu’à Paris, 90 % des appartements mis en vente affichent un prix compris entre 6 000 € et 12 000 €. Ces 12 derniers mois, il a été constaté une évolution du coût au mètre carré des appartements parisiens. Celle-ci est approximativement de 17,63 %

Des réalités différentes selon les arrondissements

Le coût d’un appartement n’est pas le même dans tous les arrondissements de Paris. À ce propos, ceux du centre de la capitale connaissent une hausse de prix, car la demande y est toujours supérieure à l’offre. Et puis, les acquéreurs préfèrent plus les biens de qualités. La conséquence est que dans les 1er, 2ème, 3ème et 4ème arrondissements de Paris, les prix au mètre carré sont maintenus à des niveaux élevés. En moyenne, il faut débourser entre 9500 € et 12 000 € au mètre carré pour devenir propriétaire d’un bien immobilier dans ces secteurs de la capitale. Ce constat est également fait dans les arrondissements chics de Paris, notamment dans le 6ème et le 7ème. Le marché est plus dynamique et cela aboutit à des prix au mètre carré hauts.

Dans d’autres arrondissements parisiens, le prix moyen au mètre carré d’un appart atteint des niveaux record, au point où certains observateurs et spécialistes de l’immobilier trouvent cela scandaleux ! Par exemple dans le 6ème arrondissement, des appartements ont été mis en vente à 17 000 €, voire même 20 000 € le mètre carré.

Par contre dans le 11ème, les prix au mètre carré semblent plus raisonnables. En tout cas, il a été noté une moyenne de prix située entre 7 000 € et 9 000 €. Toutefois, les biens de petites surfaces sont le plus en vue.

Prix moyen de la location d’un appartement à Paris

Si vous souhaitez louer un appartement à Paris, trouvez-en en passant au crible les annonces mises en ligne sur comimob-immobilier.fr. Et puis notez que dans la capitale, le prix moyen au mètre carré pour la location d’un appart est de 27,93 €.

USA : les bons plans pour investir aux Etats-Unis

architecture-2575511_960_720

Il est très facile d’acheter ou de vendre des biens immobiliers pour un étranger non résident aux USA. De nombreuses sociétés d’investissement existent et facilitent les démarches.

De nombreuses opportunités immobilières issues de la crise

La crise immobilière aux USA liée à la crise des subprimes a eu de sérieuses répercussions sur le prix de l’immobilier américain qui a atteint son plus bas niveau en 2011. De nombreux biens immobiliers ont diminué de valeur (jusqu’à 50 %), sont restés invendus ou ont été saisis. Pour en profiter, il faut investir maintenant car la tendance à la baisse remarquée entre 2009 et 2011 commence à ralentir, moins de biens sont sur le marché et les prix commencent doucement à remonter.

L’immobilier américain toujours moins cher que le marché en France

Choisir d’investir dans l’immobilier aux USA revient en général moins cher qu’investir en France, surtout dans les grandes villes. Les prix des biens sont moins élevés ce qui est une conséquence de la crise bien que les loyers sont restés relativement constants. Le rendement est donc plus élevé bien qu’il faille retrancher les impôts. Passer par un expert est cependant conseillé car il propose en général des projets pensés de A à Z dans des zones géographiques intéressantes.

Choisir des partenaires sérieux

Avant d’investir aux USA, il convient de bien réfléchir, de penser aux implications fiscales, de choisir des experts sérieux bien implantés aux Etats-Unis et avec de l’expérience. La société d’investissement immobilier Investir.us par exemple sur http://investir-aux-usa.fr/, a 20 ans d’expérience et est composée de partenaires aguerris. De nombreuses autres sociétés existent, il est important de bien se renseigner sur elles pour ne pas se tromper et transformer une bonne idée et un investissement qui peut s’avérer lucratif en une grosse erreur accompagnée d’une perte financière. Choisir de passer par une société d’investissement facilite la recherche de biens pour un investissement mais aussi toutes les autres démarches. Alors vous laisserez vous tenter ?

Immobilier : vers une meilleure gestion des litiges à la construction ?

new-home-1664252_960_720

Dans le monde de la construction, il n’est pas toujours facile de faire la gestion d’un projet. Plusieurs critères sont en jeu pour son bon déroulement. Les règles régissant cette industrie sont de plus en plus serrées et cela augmente les problèmes, tant au niveau financier que matériel. Les exigences augmentent d’un côté et de l’autre, il y a une forte hausse sur les couts. Les difficultés liées aux collaborateurs se multiplient et nuisent souvent au projet de construction. Un manque de confiance s’installe dans les deux camps et entraîne une incertitude, voire même une rupture de contrat lorsque les tensions montent.

Les litiges les plus fréquents

La plupart des litiges commence au niveau de la fondation, qui requiert un travail minutieux et se doit d’être fait à la lettre. Celle-ci va déterminer la solidité de l’habitat, en cas d’erreur même minime, cela peut engendrer un problème grave dans les années à venir à l’instar des fissures. Les clients sont très stricts à ce sujet et exigeants.

Les problèmes d’étanchéité de la maison sont à prendre en compte avec beaucoup de sérieux. Les fuites d’eau dans une maison sont nombreuses et selon les statistiques, les litiges liés à ce genre de souci sont très courants.

La plomberie, l’électricité, les évacuations d’eau sont des sujets entraînant dans la majorité des cas des litiges entre les constructeurs et les clients. Il peut s’agir d’une mauvaise installation, des demandes infaisables dans la plomberie ou le réseau électrique.

Le règlement des litiges

Avant d’effectuer un projet de construction, la meilleure chose à faire est de se mettre en contact avec une entreprise qualifiée ou affiliée à la fédération française du bâtiment pour la construction. La gestion des litiges à la construction n’est pas quelque chose de facile, l’UPAMI (association de consommateurs dans le domaine de la construction de maison individuelle) peut conseiller et aider lors la construction et même après. Lors d’un litige, il ne faut surtout pas hésiter à contacter le constructeur, celui-ci étant un professionnel doit avoir une bonne raison quant au problème survenu. Un règlement verbal est nécessaire pour parvenir à un accord.

Acheter un bien ancien pour le louer

Il est vrai que l’acquisition d’immobilier neuf permet aux propriétaires de directement rentabiliser son investissement locatif. Mais pourtant, l’achat de ces biens immobiliers est parfois coûteux et les critères en termes localisation sont très réduits. C’est pourquoi, les professionnels préfèrent s’orienter vers les anciens immobiliers et tombent parfois sur des perles rares.

Pourquoi opter pour des biens anciens pour un investissement locatif ?

Il faut se dire que les biens immobiliers anciens se situent généralement en plein centre-ville. Leur localisation qui date d’un certain temps leur confère une situation géographique idéale et souvent ses logements sont centrés par les services de proximité. Pour les connaisseurs, ils peuvent flairer les logements historiques qui seront une valeur ajoutée à ceux-ci. La loi favorise l’investissement dans les logements anciens avec une réduction d’impôt de 25% avec les avantages fiscaux qui vont avec, ce qui fait un des meilleurs placements actuels. Si le prix d’achat est parfois très intéressants, les rénovations dans le cas des maisons classées patrimoines historiques sont prises en charge par l’Etat.

Les dispositifs utiles à savoir avant de se lancer dans la location de bien ancien

L’investissement dans l’ancien permet aux propriétaires de jouir d’une réduction d’impôt intéressante. Cela dépendra surtout du type de location que le bailleur veut mettre en place. Pour cela, il aura le choix entre louer son logement avec ou sans les meubles. Pour la location vide, il peut relever de la fiscalité des revenus fonciers c’est-à-dire si le loyer est inférieur aux charges déclarées au Fisc, la différence sera enlever des impôts. En ce qui concerne la location meublée, avec le statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP), il est possible de s’acquitter de tous les impôts. Que vous achetiez votre appartement avec un crédit immobilier ou au comptant, un investissement dans la pierre reste un bon placement pour 2016.