Changement de syndic : les critères à retenir pour un choix judicieux

Le changement de syndic est une étape incontournable lorsqu’il ne satisfait pas durant son mandat. Cela est souvent dû à un manque de réactivité en raison du grand nombre de copropriétés à gérer et divers autres griefs. Par ailleurs, entre les différents modèles de syndic : bénévole, coopératif ou professionnel, quels critères à retenir pour faire son choix ?

Opter pour un syndic réactif, joignable et soucieux de la copropriété

Le manque de réactivité est souvent l’une des causes entraînant la révocation du contrat en cours d’un syndic. Cette situation survient souvent même si ce dernier a la capacité de communiquer sur leurs outils de communication. En règle générale, un message ne doit pas rester sans réponse sous 48 heures. Dans ce cas, le syndicat des copropriétaires devrait effectuer une vérification sur le nombre et la taille de copropriétés que le nouveau syndic gère. En plus de cela, il doit s’assurer que celui-ci ait des plages horaires plus larges afin de pouvoir le joindre à tout moment. En plus de ces vérifications, l’idéal serait de comparer les syndics de copropriété et de choisir celui qui respecte ce point.

En plus de ces points, le nouveau syndic doit également avoir de l’ambition et de la volonté dans réduction des charges courantes de la copropriété. Sachant que les dépenses peuvent augmenter au fil d’une année, il doit tout faire pour y remédier. Il peut, par exemple, choisir des prestataires de qualité avec qui il pourra négocier le prix pour l’entretien et les travaux sur l’immeuble. Chaque action qu’il entreprendra pour l’intérêt de la copropriété lui fera gagner des points.

L’usage d’outils digitaux et des services supplémentaires

L’utilisation d’un extranet permet à un syndic de diffuser en temps réels tous les documents associés à la gestion et l’administration de l’immeuble. Il peut s’agir de factures, contrats, devis, appels d’offres, convocations en ligne, archivage de documents comptables… Il s’agit d’un point important qui facilite grandement le pilotage et le contrôle des copropriétaires. Pour juger de son goût pour l’innovation, il convient de lui demander de réaliser une démonstration au préalable.

La dématérialisation des documents est indispensable pour faciliter les choses. Cependant, certains syndics proposent des fois des services supplémentaires. Il faut dire que ce type de propositions va de l’intérêt des copropriétaires. Selon le cas, il peut s’agir d’un service de garde d’enfants ou d’animaux, un service de conciergerie ou encore un service de gardiennage.

Vérifier les suppléments proposés par le syndic

Pour rappel, les pratiques des syndics de copropriété sont soumises à la loi du 26 mars 2015 en application de la loi ALUR. Malgré cela, le syndicat doit analyser le contrat proposé par le syndic. Ce document doit notamment énumérer les prestations incluses dans le forfait annuel et celles qui ne le sont pas.

Il arrive des fois qu’il facture à un prix très élevé certains suppléments. Il peut s’agir de frais d’envois, de mutations ou encore d’états datés. Peu importe les raisons, le syndic se doit de respecter la loi en vigueur, il ne doit pas multiplier les facturations.