Changement de syndic : les critères à retenir pour un choix judicieux

Le changement de syndic est une étape incontournable lorsqu’il ne satisfait pas durant son mandat. Cela est souvent dû à un manque de réactivité en raison du grand nombre de copropriétés à gérer et divers autres griefs. Par ailleurs, entre les différents modèles de syndic : bénévole, coopératif ou professionnel, quels critères à retenir pour faire son choix ?

Opter pour un syndic réactif, joignable et soucieux de la copropriété

Le manque de réactivité est souvent l’une des causes entraînant la révocation du contrat en cours d’un syndic. Cette situation survient souvent même si ce dernier a la capacité de communiquer sur leurs outils de communication. En règle générale, un message ne doit pas rester sans réponse sous 48 heures. Dans ce cas, le syndicat des copropriétaires devrait effectuer une vérification sur le nombre et la taille de copropriétés que le nouveau syndic gère. En plus de cela, il doit s’assurer que celui-ci ait des plages horaires plus larges afin de pouvoir le joindre à tout moment. En plus de ces vérifications, l’idéal serait de comparer les syndics de copropriété et de choisir celui qui respecte ce point.

En plus de ces points, le nouveau syndic doit également avoir de l’ambition et de la volonté dans réduction des charges courantes de la copropriété. Sachant que les dépenses peuvent augmenter au fil d’une année, il doit tout faire pour y remédier. Il peut, par exemple, choisir des prestataires de qualité avec qui il pourra négocier le prix pour l’entretien et les travaux sur l’immeuble. Chaque action qu’il entreprendra pour l’intérêt de la copropriété lui fera gagner des points.

L’usage d’outils digitaux et des services supplémentaires

L’utilisation d’un extranet permet à un syndic de diffuser en temps réels tous les documents associés à la gestion et l’administration de l’immeuble. Il peut s’agir de factures, contrats, devis, appels d’offres, convocations en ligne, archivage de documents comptables… Il s’agit d’un point important qui facilite grandement le pilotage et le contrôle des copropriétaires. Pour juger de son goût pour l’innovation, il convient de lui demander de réaliser une démonstration au préalable.

La dématérialisation des documents est indispensable pour faciliter les choses. Cependant, certains syndics proposent des fois des services supplémentaires. Il faut dire que ce type de propositions va de l’intérêt des copropriétaires. Selon le cas, il peut s’agir d’un service de garde d’enfants ou d’animaux, un service de conciergerie ou encore un service de gardiennage.

Vérifier les suppléments proposés par le syndic

Pour rappel, les pratiques des syndics de copropriété sont soumises à la loi du 26 mars 2015 en application de la loi ALUR. Malgré cela, le syndicat doit analyser le contrat proposé par le syndic. Ce document doit notamment énumérer les prestations incluses dans le forfait annuel et celles qui ne le sont pas.

Il arrive des fois qu’il facture à un prix très élevé certains suppléments. Il peut s’agir de frais d’envois, de mutations ou encore d’états datés. Peu importe les raisons, le syndic se doit de respecter la loi en vigueur, il ne doit pas multiplier les facturations.

Vendre sa maison ou son appartement : comment réussir la vente de son bien immobilier en Suisse ?

La vente d’un bien immeuble n’a rien à voir avec celle d’un bien meuble. Pour assurer sa réussite, il est important d’observer certains critères et étapes indispensables. En effet, les démarches entreprises pour vendre votre maison ou votre appartement pourraient impacter positivement ou négativement sur le résultat que vous obtiendrez en fin de compte. Cela pourrait donc faire baisser le coût ou au contraire le hausser.

En termes de temps également, vous pouvez en perdre énormément si les décisions que vous prenez ne correspondent pas à la démarche qu’il convient d’observer. Ainsi, si vous souhaitez vendre vos biens immobiliers et que vous êtes situé en Suisse, notez qu’il y a certaines démarches que vous découvrirez à la suite de cet article et qui vous seront bien utiles.

La réussite de la vente immobilière : les clés et les étapes à prendre en compte pour réussir l’opération

Pour bien vendre son bien immobilier en Suisse et en tirer profit, sachez qu’il y a des étapes qu’il conviendrait de suivre :

Première étape : réaliser une estimation juste et concrète du bien immobilier

Pour réaliser une vente immobilière réussie en Suisse, la première étape qu’il vous faut accomplir est de connaître la valeur exacte de la maison ou de l’appartement à vendre. Pour accomplir cette étape, il serait avisé de vous rendre sur RealAdvisor afin de contacter un expert de l’immobilier avec assez d’expérience.

Il saura ainsi mettre en avant vos intérêts en réalisant une meilleure valorisation de votre bien immobilier. Il faut noter que grâce à la valorisation de votre maison ou de votre appartement au coût exact, vous bénéficierez d’un impact financier bien plus attrayant sur le marché.

Il vous sera donc plus facile de mieux vendre votre bien immobilier tout en gagnant en plus énormément en temps et en énergie. De plus, sachez qu’avec un coût juste vous pourrez attirer des clients sérieux et qualifiés en donnant de la meilleure manière qui soit de la valeur à votre bien.

Ainsi, il faut noter que pour assurer la réussite de la vente de votre bien immobilier, il est impératif que vous choisissiez très bien votre partenaire immobilier. En quelques mots, le meilleur partenaire immobilier, c’est celui qui saura dans un premier temps bien estimer la valeur exacte de votre bien immobilier.

Cela permettra sans nul doute de vous favoriser sur le marché auprès de futurs clients. Il devra ensuite s’assurer de bien vous accompagner tout au long du processus de vente en vous indiquant les meilleures décisions à prendre pour réaliser de meilleurs profits.

À quel expert immobilier vous fier dans votre région pour réaliser la meilleure vente immobilière ?

L’une des questions les plus importantes à se poser dans la réussite du processus porte sur ce qu’il convient de faire pour s’offrir le meilleur partenaire immobilier qui soit. Il faut donc de ce fait se demander celui qui répondra à vos attentes, saura s’adapter à votre situation et qui saura valoriser au mieux votre bien immobilier.

Il devra donc pouvoir faire passer vos intérêts avant toute autre chose au cours de la procédure de vente. Pour cela, vous pourrez vous rendre sur des sites professionnels aménagés pour vous offrir l’expertise d’un ou plusieurs experts de l’immobilier reconnus et compétents exerçant dans votre région.

L’objectif de la démarche réside dans le fait de vous rendre la tâche bien plus simple tout en vous mettant en relation de manière sécurisée et rapide avec un ou plusieurs partenaires immobiliers qui sauront correspondre à votre situation. Vous aurez de ce fait l’opportunité d’adopter la meilleure stratégie de vente possible afin de donner de la valeur à votre bien immobilier.

Deuxième étape : mettre en pratique toutes les démarches appropriées afin de réaliser une vente immobilière réussie

Après avoir déniché le ou les meilleurs partenaires adéquats pour réaliser votre vente immobilière, il y a un certain nombre d’étapes qu’il/ils devront suivre. Cela leur permettra de réaliser avec brio la vente de votre bien immobilier au meilleur prix. Découvrez de ce fait ici, les étapes nécessaires à suivre pour réaliser efficacement la vente de votre maison ou de votre appartement :

L’estimation du bien immobilier

  • Trouvez le professionnel immobilier qui répondra efficacement à vos besoins ;

  • Faire appel à l’expert immobilier expérimenté, reconnu et compétent pour l’estimation du bien immobilier ;

  • Le coût exact réalisé par un expert de l’immobilier reconnu en Suisse ;

Photographier

  • Faire intervenir un photographe expert ;

  • Faire une présentation traditionnelle du bien immobilier à l’aide de photos de haute qualité ;

  • Mettre en plus en valeur le bien immobilier via une vidéo bien réalisée ;

La diffusion

  • Faire une rédaction réussie et modifiée de l’annonce ;

  • Faire passer l’annonce auprès des meilleurs portails immobiliers en Suisse ;

  • Effectuer une brochure pour la vente immobilière ;

Réalisation de la visite du bien immobilier

  • Mettre en place des rendez-vous ;

  • Faire diriger les visites ;

  • L’importance des feedbacks aux propriétaires des biens avant et après les visites ;

Réalisation des négociations pour vous

  • Réaliser une analyse approfondie de la qualité des offres après leur réception ;

  • Réaliser une compétition favorable des offres concurrentielles ;

  • Effectuer des recommandations sur la décision finale de vente ;

Effectuer la finalisation de la procédure jusqu’au notaire

  • L’accompagnement du dossier jusqu’à finaliser la vente immobilière.

Troisième étape : continuer le suivi de la procédure de vente jusqu’à l’établissement de la signature de l’acte de vente auprès du notaire

Il est certain que vous recevrez des propositions des acquéreurs qui vous feront des propositions d’achat après avoir respecté toutes ces différentes étapes de vente. Il vous reviendra donc de choisir la meilleure offre qui répondra à la vente de votre maison ou de votre appartement.

Pour ce qui est de la toute dernière étape, il vous faudra vous rendre chez le notaire pour l’authentification officielle de la vente de votre appartement ou de votre appartement auprès du nouvel acquéreur. Si vous souhaitez réaliser la valorisation de votre bien immobilier pour une vente immobilière, vous pouvez à présent consulter la référence en Suisse dans le domaine.

Les fonds souverains : que savoir ?

Faisant leurs apparitions dans le monde des finances, les fonds souverains représentent un grand atout pour les entreprises pétrolières, industrielles et bancaires occidentales. En effet, il s’agit de fonds qui jouent un rôle important dans la gestion des crises financières et dans l’économie mondiale en générale. Cependant, tous les pays ne disposent pas de ces fonds et leurs acquisitions par certains requièrent l’obéissance à certains critères. Dans cet article, nous vous proposons d’en apprendre davantage sur les fonds souverains, leurs critères d’éligibilité ainsi que les principes de leur gestion.

Le fonds souverain dans les moindres détails

Un fonds souverain constitue un fonds détenu par l’État et réservé pour le domaine de l’investissement. Ces fonds sont pour la plupart détenus par les pays développés, qui ont la possibilité de débourser des excédents de liquidités après une montée du prix des matières premières. Les fonds souverains se voient investis au sein des actifs étrangers et constituent une base solide pour la diversification de leur activité économique.

Il faut également souligner que les fonds souverains ont connu un regain de croissance à partir des années 2000 notamment avec les pays asiatiques et les pays pétroliers. Néanmoins, le premier fonds a vu le jour en 1953 au Koweït.

Au fil des années, ces fonds se sont transformés en une véritable source de stabilité financière. Ils sont également considérés comme des moteurs de financement des économies des pays industrialisés notamment à travers leur rôle au début de la crise de 2008. En effet, ils ont apporté au cours de cette crise, des milliards de dollars à des banques occidentales afin de contribuer à la stabilisation du système bancaire.

Les fonds de commerce font l’objet de beaucoup de réflexions pour le long terme puisqu’ils ont la possibilité de transcender leur rôle commercial. Ils peuvent être utilisés pour accomplir des projets politiques à travers l’accès aux grandes entreprises ou par l’investissement dans les secteurs clés d’un autre État. Ces fonds peuvent toutefois entraîner des risques en matière de menace de la souveraineté. C’est ce qui a conduit le FMI à adopter en 2008, une loi de bonne conduite instituant les règles de transparence dans les Principes de Santiago.

Dernièrement, plusieurs fonds souverains ont été accordés avec une condition axée sur la défense de certaines valeurs. En effet, le plus important fond au monde, c’est-à-dire celui de la Norvège, impose aux entreprises dans lesquelles il s’investit, des gages contre le réchauffement climatique.

Avec l’appui de la France en 2018, six pays du groupe de travail des fonds souverains à savoir la Norvège, le Qatar, la Nouvelle-Zélande, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, se sont promis de soutenir fermement les investissements durables. Les sociétés ayant bénéficié des investissements devront à terme dévoiler publiquement les informations sur leur plan bas-carbone.

Les différents types de fonds souverains

En 1999, en moyenne 14 nouveaux fonds souverains ont vu le jour. Cependant, la partie la plus vaste des fonds souverains se situe au Moyen-Orient et en Asie. (80% des existants).

Les fonds souverains de capitalisation

Ce sont des fonds qui ont été instaurés par les pays exportateurs de pétrole. En effet, ils investissent leurs revenus à l’étranger afin de rassembler des fonds nécessaires pour mener une guerre. Comme illustration des fonds souverains de capitalisation, nous avons le groupe norvégien « Statens pensions fond Utland ». C’est un magnat qui s’approvisionne par le pétrole de la mer du Nord et les fonds souverains faisant près de 750 milliards de dollars sont injectés dans près de 9000 entreprises dont 180 sont basées en France.

Les fonds souverains de stabilisation

Les fonds souverains de stabilisation ont été élaborés pour contribuer à la lutte contre l’augmentation anarchique du cours des matières premières. Ces fonds participent également à la protection des recettes budgétaires d’un pays contre les changements circonstanciels de prix. Comme illustration, nous avons le groupe russe National Welfare Fund qui a à son actif plus de 150 milliards de dollars. Ils investissent notamment dans les actifs non énergétiques, ces revenus provenant de la production du pétrole et de gaz.

Fonds souverains dits « devises »

Ce sont des fonds souverains qui sont reliés à une balance commerciale excédentaire.
Dans ce type de fonds, nous retrouvons le géant chinois China Investment Corporation qui se charge de la gestion des milliards de dollars de réserves de changes de la Chine. C’est une société qui détient le monopole dans le domaine.

Toutefois, l’octroi des fonds souverains doit respecter certaines conditions.

Les conditions d’éligibilité des fonds souverains

D’après les rapports du Fonds Monétaire International, les fonds sont considérés comme souverains seulement quand :

  • La gestion et le contrôle des fonds doivent sont faits par un gouvernement national
  • La gestion des actifs financiers doit suivre une logique de long terme
  • L’engagement d’une politique d’investissement axée sur des objectifs macroéconomiques tels que l’épargne inter-générationnelle, l’assainissement de l’activité ou la diversification du produit intérieur brut de la nation.

En dehors des réserves de change, l’actif des fonds souverains est très soutenu par certaines cotisations financières telles que les actions, obligations, etc. Cependant, plusieurs pays veulent s’approprier le contrôle d’entreprises occidentales. Ce qui a poussé certains à bloquer l’accès à certains de leurs actifs stratégiques.

Toutefois, le but recherché est de faire des bénéfices à long terme. Ces fonds permettent d’amortir les chocs lors des crises financières et de renflouer les caisses des États à travers les bénéfices réalisés. Néanmoins, introduits en Bourse, ces fonds ne sont pas destinés à épargner des risques des marchés financiers.

Les fonds souverains et leurs principes pour une meilleure gestion

Le Fonds Monétaire International a adopté un 2008 lors des Principes de Santiago, les bonnes conduites en matière des fonds souverains. En effet, ils sont contraints de suivre quelques règles pour avoir libre accès aux contrées du monde.

En gros, ces bonnes conduites se résument à une gestion indépendante et transparente loin de toute pression politique. De plus, ces fonds grâce à la stabilité de leurs investissements à long terme et à la disponibilité de liquidité sont amenés à jouer un rôle de soulagement en cas de crise.

Comment visiter un bien immobilier a distance ?

De nos jours, l’achat d’une maison à distance est de plus en plus courant. Dans le monde de l’immobilier, il est devenu pratique courante depuis un certain temps déjà que les vendeurs visitent la maison à distance puis signent au préalable les documents d’acquisition du bien immobilier, il ne reste plus qu’au vendeur à effectuer un virement pour confirmer la vente.

Pourquoi acheter une maison à distance

« Les gens qui achètent à distance le font souvent pour acheter une résidence secondaire ou une résidence secondaire « , explique Todd Kadera, courtier résidentiel. Généralement, ils viennent d’une autre ville et ont des emplois et d’autres obligations qui les empêchent de passer beaucoup de temps à acheter une maison « .

Les investisseurs immobiliers peuvent également choisir d’acheter des maisons à distance. La plupart des investisseurs immobiliers suivent la règle du 1 %, qui stipule que le loyer mensuel gagné sur une propriété devrait dépasser le paiement hypothécaire mensuel de cette propriété, de sorte que l’investisseur atteint au moins l’équilibre sur la propriété. Il est plus facile de trouver des propriétés qui respectent la règle du 1 % dans certains marchés, qui peuvent être situés à une distance importante du domicile de l’investisseur. Par conséquent, l’achat d’une maison à distance peut être une option attrayante et rapide.

Quelle que soit la raison pour laquelle vous achetez à distance, il existe certaines mesures que vous pouvez prendre pour vous assurer que le processus se déroule le mieux possible.

Le bon agent immobilier

Vous dépendrez de votre agent immobilier pour gérer la quasi-totalité du processus d’achat d’une maison, il est donc essentiel que vous preniez le temps et que vous fassiez l’effort de trouver un bon candidat. « L’achat d’une maison implique beaucoup de pièces en mouvement « , dit M. Kadera. « Il est important de trouver une bonne adéquation de personnalité entre le client et l’agent. » Une entrevue est utile (voir ci-dessous pour quelques questions à poser), et c’est toujours une bonne idée de demander des références pour voir ce que les autres acheteurs ont à dire.

Renseignez-vous sur l’expérience de l’agent immobilier

Lorsque vous parlez à un agent potentiel, Kadera vous recommande de le demander dès le début : « Combien de fois avez-vous fait ce processus à distance ? » L’expérience est importante et les agents qui travaillent fréquemment avec des acheteurs éloignés sont plus susceptibles de comprendre son fonctionnement, de négocier favorablement et, ce qui est peut-être le plus important, de trouver des propriétés appropriées pour l’acheteur. L’agent devrait également être en mesure de donner des conseils sur un prêteur local. « Un prêteur non local est susceptible de faire appel à un évaluateur non local, ce qui peut sonner le glas de marchés uniques comme celui d’Asheville « , explique M. Kadera.

Renseignez-vous sur la disponibilité

De nombreux agents immobiliers travaillent à des heures irrégulières ou à temps partiel, ce qui peut être particulièrement mauvais pour les acheteurs éloignés. Votre agent vous servira de fondé de pouvoir, de sorte qu’il doit être disponible pendant les heures normales d’ouverture pour s’occuper de diverses tâches au cours du processus d’achat d’une maison, y compris l’inspection de celle-ci. « J’assiste à toutes les inspections de maisons, mais avec un client de l’extérieur de la ville, c’est crucial « , dit Kadera. « Dans un monde où les inspections de maisons ont lieu entre 9 h et 17 h, il sera très difficile pour un agent d’assister à votre inspection s’il a un autre emploi. »

Partagez votre liste de souhaits

Une fois que vous avez un agent, partagez votre liste de souhaits afin que l’agent puisse vous aider à trouver la propriété parfaite. Plus vous affinez votre liste, plus la recherche d’un logement peut aller vite – jusqu’à un certain point. Si vous avez trop de demandes, cela ralentira probablement le processus. Tenez-vous-en aux choses qui comptent vraiment – la taille, l’emplacement, le style de la maison, les placards – et laissez de côté les détails mineurs qui seraient faciles à réparer ou à mettre à jour dans toute maison. Et s’il y a des facteurs de rupture – des caractéristiques que vous ne pourriez absolument pas vivre avec (ou sans) – informez votre agent dès le début, afin qu’il ou elle ne perde pas de temps à regarder les mauvaises propriétés.

« Si vous êtes un agent, vous devez prendre la décision audacieuse d’appeler votre client et de lui dire que vous avez trouvé la propriété parfaite pour lui « , dit Kadera. En tant qu’acheteur, vous devez être certain que votre agent sait exactement ce que vous recherchez et qu’il a pris le temps d’examiner attentivement la maison. « Une maison pourrait être parfaite sur Internet, mais un bon agent pourra dire : « Non, ce n’est pas la maison pour vous parce qu’elle se trouve à côté d’une voie ferrée active. »

Quelles rénovations faire pour mieux vendre sa maison

Vendez-vous votre maison bientôt ? Pour obtenir le meilleur prix, prenez le temps de bien la préparer. Bien que vous deviez d’abord vous attaquer à certains problèmes de réparation de base, ces améliorations esthétiques plus simples peuvent vous aider à embellir votre maison et à donner le ton pour une vente plus rapide.

N’oubliez pas de vous mettre à la place d’un acheteur potentiel avant que votre maison ne soit mise en vente. Examinez votre espace d’un œil critique pour voir ce qui pourrait être mis à jour, éliminé ou rafraîchi. Bien souvent, il y a des solutions simples qui feront toute la différence.

Rangez votre maison pour faire apparaitre son potentiel

Si vous avez un style de décoration minimal et des possessions épurées, alors sautez ce conseil et passez au numéro 2. Pour le reste d’entre nous, cependant, il vaut la peine de répéter que le fait de cacher les bonnes caractéristiques de votre maison derrière des piles d’objets encombrants ne fera que rendre plus difficile pour l’acheteur de tomber amoureux de votre maison. Emballez tout ce que vous n’utiliserez pas au cours des prochains mois (y compris les décorations de Noël, les vêtements saisonniers ou l’équipement sportif, les vieux jouets, etc. Pendant que vous y êtes, jetez un coup d’œil à vos meubles et enlevez tout ce qui n’est pas parfait ou qui donne l’impression qu’une pièce est bondée.

Mettez en valeur votre salle de bain et et votre cuisine

Une maison est faite de plusieurs pièces, mais la plupart des agents immobiliers vous diront que les deux que les gens voient en premier et se souviennent le plus, les deux qui vendent le plus de maisons que toute autre pièce, sont la salle de bain et la cuisine. Donc, si vous cherchez à vendre maintenant, assurez-vous que ces deux pièces reçoivent un peu plus de soins et d’attention. Même quand un remodelage complet n’est pas dans les cartes, il y a encore quelques choses simples que vous pouvez faire. Essayez de tapisser votre salle de bains pour un nouveau look magnifique. Et dans la cuisine, vous serez étonné de voir tout ce que vous pouvez accomplir avec le dosseret droit.

Remplacez les articles usées qui se voient le plus

Des rideaux lugubres, des stores déchirés ou des mini-stores courbés ne feront rien pour vendre une maison plus rapidement. Enlevez ces articles usés et remplacez-les par de simples mini-stores blancs ou des stores en bois coupés sur mesure dans un centre résidentiel. Il s’agit d’un correctif assez simple qui peut rafraîchir vos chambres en un week end.

Une moquette usée, sale ou mal colorée peut décourager les acheteurs en quelques secondes. Si vous avez des planchers de bois franc, cependant, la solution est facile. Enlevez la moquette et exposez le bois. Les acheteurs n’auront pas à se demander ce qu’il y a sous le tapis et aimeront probablement l’apparence et la patine des planchers de bois franc.

Sans aller jusqu’à restaurer une installation électrique vieillissante, remplacer les interrupteurs et prises électriques abimés ou défaillants peut aussi vous permettre de mettre un coup de propre à moindre frais.

Installer des systèmes de placards

Les placards bondés de vêtements et d’articles ménagers donnent l’impression qu’il n’y a pas assez d’espace de rangement. Au lieu de cela, passez plutôt par les placards et rangez (ou donnez) tout ce qui n’est pas nécessaire actuellement. Une fois le placard vide, installez un système de placard à partir d’un centre à domicile et remplissez-le avec juste assez de vos affaires pour que le placard ait l’air organisé, mais pas encombré.

Peinture

Il va sans dire que tout défaut grave de la peinture de vos murs devra être couvert, mais il ne s’agit pas seulement d’entretien. Plus que tout, un acheteur potentiel doit pouvoir se voir dans l’espace, et la couleur des murs a beaucoup à voir avec la clarté de cette vision. Lorsque vous repeignez avec l’intention de vendre, les couleurs neutres sont préférables. Mais cela ne veut pas dire que tout commence et finit par le blanc. Il existe un grand nombre de couleurs neutres, y compris une gamme de tons gris apaisants qui pourraient être exactement ce que vous recherchez.

Se former aux métiers de l’immobilier

Quand on parle d’immobilier, on ne fait pas uniquement référence au secteur de la construction ni à celui des transactions. Ce domaine d’activité fait également intervenir un large panel de compétences : juridique, expertise, commerciale, artistique, gestion, etc…. De ce fait, il existe plusieurs formations disponibles pour devenir un professionnel de l’immobilier en France.

Devenir professionnels de l’immobilier : plusieurs voies possibles pour se former

Pour embrasser les métiers du secteur immobilier, il y a plusieurs solutions :

  • Apprendre sur le tard et faire valider ses acquis : beaucoup d’agents immobiliers commencent de cette manière en utilisant le bouche-à-oreille pour se faire connaître et se constituer un carnet d’adresses influent.

  • Se former avec une formation continue : indispensables pour les métiers reposant sur des connaissances techniques, juridiques et méthodologiques comme le gestionnaire locatif, l’expert immobilier, le juriste immobilier ou l’administrateur de biens. Il faut savoir qu’il existe des DE et des titres pour ces métiers.

  • Se reconvertir avec une formation pour adultes : MOOCs et cours présentiels pour les adultes qui se passionnent pour la déco ou l’immobilier en général et qui veulent en faire leur métier.

Les formations supérieures professionnalisantes en immobilier

On parle essentiellement de ces formations déjà orientées « immobilier ». On distingue alors les cursus courts et les cursus longs :

Avec un cursus court

Certains métiers sont accessibles aux détenteurs d’un diplôme bac +2 en immobilier. Le BTS-PI par exemple permet de déboucher sur les métiers suivants : agent immobilier, négociateur immobilier, gestionnaire de biens locatifs, administrateur de biens immobiliers, technicien immobilier ou encore expert immobilier. Généralement, avec ce diplôme de technicien supérieur, il est possible de travailler en tant que salarié pour une agence immobilière. Il s’agit d’un cursus court très demandé par les entreprises immobilières, car la formation est professionnalisante et permet d’intégrer des profils 100% opérationnels.

Avec un cursus long

Que faire après un BTS –PI ? La poursuite des études est aussi possible pour ceux qui rêvent de faire un cursus long. Les bachelors immobiliers sont accessibles aux étudiants de niveau BTS. Ce sont des formations dispensées dans les écoles de commerce ou d’ingénieur. L’objectif final est d’approfondir les connaissances immobilières tout en apportant une dimension internationale de plus en plus exigée par les employeurs.

La licence pro a pour objectif de permettre la spécialisation et l’acquisition d’expertise. Le niveau de professionnalisation technique à ce stade est déjà très avancé et permet par exemple d’exercer en tant que juriste immobilier ou expert immobilier.

Pour les postes à responsabilité comme directeur d’agence immobilière, il faut poursuivre obligatoirement après une licence, une licence pro ou un bachelor PI et atteindre le niveau bac +5 minimum. Dans ce cas, il faut viser un master en immobilier.

Les formations supérieures généralistes avec spécialisation en immobilier

Les facultés de droit proposent également des licences de droit avec spécialisation en immobilier ou des licences pro en immobilier qui sont accessibles avec un bac +2. Ces formations sont à privilégier pour ceux qui veulent tenter l’aventure tout en se laissant une porte ouverte vers d’autres domaines d’activités. Vous pouvez donc poursuivre à étudier le management d’entreprise, mais avec la possibilité de changer de secteur à tout moment.

7 types d’investissements hors immobilier pour défiscaliser son impôt ?

Les niches fiscales constituent des avantages fiscaux dont peuvent jouir les contribuables pour réduire le montant de leur impôt sur le revenu, à partir du moment où ils remplissent certaines conditions. Ces supports financiers, autres que l’investissement immobilier, permettent d’améliorer les épargnes et de les faire fructifier tout en bénéficiant d’une réduction des impôts en contrepartie de l’investissement effectué. Cet article présente 7 différents types d’investissements, hormis l’immobilier, permettant aux contribuables épargnants de payer moins d’impôts.

L’achat de parts dans une PME

En souscrivant au capital d’une Petite Moyenne Entreprise (PME), vous avez la possibilité de choisir vous-même la société qui vous plaît. Cela vous offre l’opportunité de déterminer par vous-même l’entreprise où vous investirez votre argent. De plus, si vous êtes porteur de projet, vous pourrez souscrire au capital de votre propre PME et percevoir ses avantages fiscaux. Toutefois, si l’entreprise dans laquelle vous acquérez des parts fait banqueroute, vous perdez votre mise. La souscription directe au capital d’une PME vous attribue un avantage fiscal de 18 % de votre investissement en remise de votre impôt sur le revenu.

La souscription à une assurance-vie

L’assurance-vie favorise la constitution d’un petit capital en cas d’évènement désagréable tel qu’un accident ou une maladie. Du point de vue fiscal, les profits des plus-values et les intérêts amassés au cours d’un contrat d’assurance-vie ne sont pas taxables sous le plafond annuel de 4 600 € pour un célibataire et 9 200 € pour une personne mariée.

Le financement cinématographique

L’investissement dans le cinéma permet de défiscaliser son impôt. En effet, le placement dans une Société pour le Financement de l’Industrie Cinématographique et Audiovisuelle (SOFICA) vous accorde le droit à une remise d’impôt à hauteur de 30 % des versements réalisés. Cette réduction des impôts peut être portée à 36 % et même 48 % sous conditions. La réussite des SOFICA dépend du succès des films réalisés. L’intérêt de ce dispositif réside plus sur la réduction fiscale que sur la valeur liquidative des SOFICA. Pour obtenir l’agrément essentiel à l’exercice de leur activité, les SOFICA sont sujets au contrôle rigoureux de deux instances de référence dans le domaine de l’art : le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et la Direction générale des finances publiques (DGFiP).

L’investissement dans une forêt ou une vigne

En investissant dans le terroir, dans une exploitation viticole ou une forêt, vous avez trouvé ainsi le meilleur moyen de réduire votre impôt sur la fortune immobilière. Ce sont les Groupements Forestiers, des sociétés civiles dont le fonctionnement est analogue à celui des sociétés civiles immobilières. Ces groupements ont été établis dans le but de défendre le reboisement, l’amélioration et la conservation des massifs forestiers. Tout prestataire qui investit dans un groupement forestier devient actionnaire. En compensation, il jouit d’une exonération d’impôt de solidarité sur la fortune à hauteur de 75 % de la valeur des parts de l’exploitation. Cette exonération de 75 % est restreinte à 101 897 €. Les montants qui dépassent ce seuil sont exonérés à 50 %. Les risques à craindre pour ce type d’investissement sont les catastrophes naturelles : les feux de forêt, les invasions de nuisibles ou encore la présence en surnombre de troupeaux de cervidés.

Le placement dans l’épargne retraite

L’épargne retraite est devenue obligatoire pour certains. Elle permet de se constituer une retraite supplémentaire en souscrivant à un plan retraite populaire. Un contrat Madelin reste le meilleur moyen de se garantir une source de revenus stables tout en profitant des réductions fiscales. Plusieurs dispositifs sont disponibles pour guider les épargnants dans la préparation de leur retraite. Dans tous les cas, ils sont culminés à hauteur de 10 % de défiscalisation des revenus compris entre :
  • Un minimum de 10 % du plafond de la sécurité sociale ;
  • Un maximum de 10 % de 8 fois le plafond de la sécurité sociale.

L’investissement par sponsoring

Le sponsoring désigne une prestation publicitaire à l’opposé du mécénat qui lui est désintéressé d’un point de vue marketing. En sponsorisant une association, une entreprise ou un particulier, vous générez des réductions sur votre impôt sur le revenu de 66 % des montants investis dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Si vous représentez une société, vous avez la possibilité de réduire l’impôt sur les sociétés de votre entreprise à hauteur de 60 % des versements et dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires annuel.

Quel est le fonctionnement du viager libre ?

Dans le domaine de l’immobilier, il existe différents types de vente, dont le viager qui s’adresse principalement aux personnes âgées. La vente en viager a diverses modalités et peut être libre pour permettre aux acheteurs qui le désirent d’entrer directement en possession du bien immobilier. Mais, il est important de connaître parfaitement tous les contours de cette vente. Cet article vous propose de découvrir le fonctionnement du viager libre qui est peu répandu.

Qu’est-ce que le viager libre dans le domaine de l’immobilier ?

Avant d’espérer comprendre comment marche le viager libre, il est important de savoir le définir. Le viager libre est ainsi un type de viager immobilier dans lequel un bien immobilier, objet de vente est mis à la disposition de l’acheteur qui en aura la jouissance dès la signature du contrat. Dans cette transaction, le vendeur ou le crédirentier perd automatiquement son droit sur son immeuble permettant à l’acheteur ou le débirentier d’entrer directement en possession du bien pour location ou pour y habiter. C’est ce qui explique le fait qu’un acheteur préfère investir ou acheter sa résidence principale avec le viager libre.

Le viager libre est donc beaucoup plus pratique pour les biens immobiliers qui ne sont pas considérés comme résidence principale du vendeur.

Quel est le type de contrat juridique pour cette vente ?

Dans un viager libre, le vendeur cède la propriété de son bien, ce qui signifie que la transaction immobilière s’effectue selon un contrat de vente en pleine propriété. De ce fait, dès la signature de l’acte de vente, l’acheteur acquiert tous les droits sur la propriété notamment :

  • Le droit d’usage (usus) ;
  • Le droit de mise en location (fructus) ;
  • Le droit d’aliénation (abusus).

Ainsi, dans le cas du viager libre, l’usufruit ainsi que la nue-propriété sont concentrés dans les mains de l’acheteur uniquement. Toutefois, le vendeur dispose d’un droit personnel à l’encontre de l’acheteur en ce qui concerne les modalités de paiement. L’acheteur peut payer le bouquet à l’achat puis procéder à des versements du reste du montant sous la forme d’une rente viagère.

En quoi consiste le bouquet pour le viager libre ?

Au moment de la conclusion du contrat pour une vente en viager libre, l’acheteur peut verser une certaine somme en guise de bouquet. Celui-ci correspond au versement d’un capital initial non obligatoire qui est librement déterminé entre le vendeur et l’acheteur. Quand bien même il n’est pas obligatoire, il est effectué dans la plupart des transactions pour permettre au vendeur d’avoir un versement immédiat.

Le bouquet du viager libre varie entre 0 et 50 % de la valeur du bien, il est fixé en moyenne à 30 % du prix total du bien immobilier. Le montant est généralement calculé en tenant compte de l’âge du vendeur, sa situation patrimoniale ainsi que la valeur du bien. Dans de très rares cas, le bouquet peut correspondre à la totalité du prix de vente. Lorsque vous êtes dans cette situation, le viager libre est considéré comme une vente immobilière déguisée et le fisc pourrait intervenir pour une réévaluation du prix.

Quel est le principe de la rentre viagère issue d’un viager libre ?

Lors de la détermination des modalités de paiement d’un viager libre, une rente viagère est prévue pour être versée périodiquement avec une garantie à vie. Si les deux parties le désirent, celle-ci peut être réversible pour permettre un versement jusqu’au décès du tiers bénéficiaire. Quand le contrat de vente mentionne plusieurs vendeurs, la rente viagère peut être différente pour chacun et verser jusqu’à la mort de la dernière personne vivante.

La périodicité de la rente viagère est déterminée par les deux parties et indiquée dans le contrat, elle peut être mensuelle, trimestrielle ou annuelle. De même, le montant de la rente viagère est fixé librement par le vendeur et l’acheteur en veillant à ce que celui-ci ne soit pas dérisoire par rapport à la valeur du bien. C’est pour cela qu’il est conseillé de faire appel à un expert dans le calcul viager. Ce dernier se chargera de calculer la rente viagère en fonction de la valeur vénale du bien, le versement ou non de bouquet, l’âge du vendeur et son espérance de vie, la rentabilité théorique du bien, etc.

Investissement immobilier : Pourquoi acheter une maison à Barbizon

(source image : https://www.fontainebleau-tourisme.com/fr/barbizon/)

Vous souhaitez investir dans l’immobilier dans la commune de Barbizon, mais vous hésitez encore à sauter pas. Cela est tout à fait légitime, car l’achat d’une maison n’est pas une décision à prendre à la légère. Acheter une maison nécessite beaucoup de temps et surtout une mure réflexion. Pour vous aider à y voire plus clair, voici les principales raisons d’acheter une maison à Barbizon.

Barbizon, ville idéale pour une vie de famille

Niché au bord de la pittoresque forêt de Fountainebleau, ce village a attiré les peintres du 19ème siècle fascinés par la lumière et les paysages. Aujourd’hui, Barbizon a conservé son atmosphère de village mais abrite également des sites touristiques tels que des auberges, des restaurants gastronomiques, des boutiques et des sites historiques et culturels. Grâce à tous ces attraits, c’est une ville idéale pour s’installer et pour construire une vie de famille. Située à proximité de Melun et de Paris, elle profite à la fois de toutes les commodités nécessaires au quotidien et d’un environnement calme. En ce qui concerne le transport, Barbizon dispose de toutes les commodités nécessaires pour se rendre dans les grandes villes. En effet, il est possible de travailler dans la capitale parisienne et de rentrer tous les jours. Tous ces attraits font de Barbizon la ville idéale pour s’installer en famille et pour acheter une maison.

Le marché immobilier à Barbizon

Le prix de l’immobilier à Barbizon figure encore parmi les plus bas en France. Si le prix moyen en m² est aujourd’hui de 3410 euros, à Barbizon la moyenne est de 2760 euros appartements et maisons confondus. Le prix d’un appartement varie de 1845 euros/m² et 3425 euros/m², tandis qu’une maison coûte 2 020€ /m2 et 3 750€ /m2. En tenant compte du prix et de l’emplacement de la ville, investir dans l’immobilier à Barbizon est une véritable aubaine. A Paris, le prix moyen d’un appartement est de 3410 euros/m². Certes, la plupart des gens préfèrent trouver une maison à proximité de leur lieu de travail, mais les villes avoisinantes peuvent également être intéressantes si elles disposent de toutes les commodités nécessaires en matière de transport. Barbizon se trouve à 1 h 4 minutes de Paris, ce qui permet de combiner facilement travail et vie de famille pour ceux qui travaille dans la capitale parisienne.

Comment trouver une maison à acheter à Barbizon

Près de 95% des recherches de maison commencent aujourd’hui sur Internet. Grâce à cette nouvelle technologie, les acheteurs peuvent désormais parcourir des centaines d’annonces en ligne, faire des visites virtuelles et consulter des dizaines de photographies et de vues aériennes de quartiers et de maisons. Pour en tirer profit, il faut bien définir vos objectifs et vos besoins tant sur le type de maison que le quartier. Une fois vos objectifs fixés, vous êtes à mi-chemin de l’accession à la propriété.

Combien de temps faut-il pour acheter sa première maison?

Pour trouver une maison rapidement, il est conseillé de faire appel à un agent immobilier. Ceux qui se sont lancés dans la quête sans passer par un professionnel ont mis des mois voire des années avant trouver la perle rare. En ayant recours à un bon agent immobilier, vous pouvez trouver une maison en seulement deux jours. Les bons agents seront à l’écoute de vos désirs et de vos besoins et veilleront à ne proposer que les maisons qui correspondent à vos critères. Ils peuvent même prévisualiser les maisons avant de les proposer.

Ne ratez aucune annonce

Dans l’immobilier, ce n’est pas toujours l’offre la plus élevée qui est acceptée, mais la première. Par conséquent, si vous recherchez une bonne affaire, partez toujours à la chasse des nouvelles annonces. Demandez une approbation préalable à votre banque pour pouvoir accéder immédiatement à n’importe quelle propriété et demandez à votre agent immobilier de vous configurer des alertes par e-mail automatiques pour vous informer de toute nouvelle propriété mise sur le marché. Inversement, une autre façon de trouver des offres intéressantes consiste à rechercher des propriétés qui sont sur le marché depuis longtemps. Ces propriétaires sont souvent beaucoup plus disposés à vendre à prix réduit. Dans les deux cas, le meilleur moyen de trouver de telles opportunités est de faire appel à un agent immobilier à Barbizon ou de suivre le lien suivant : https://www.agencesainthubert.fr/acheter_maison_barbizon/acheter_maison_barbizon.htm

Etat des lieux local commercial : ce qu’il faut savoir

La réalisation d’un état des lieux d’entrée et de sortie est, depuis la loi Pinel en juin 2014, obligatoire en vue de la réalisation d’un bail professionnel, et ce, que ce soit pour un local commercial ou pour des bureaux. L’état des lieux est généralement effectué lors de la remise des clés par le propriétaire au locataire.

L’état des lieux bail commercial est un document qui consigne l’aspect général du local commercial, aussi bien à l’entrée et à la sortie d’un locataire. Il décrit avec précision la situation du local, mais également des éventuels équipements.

Cette démarche est indispensable, car dans le cas de différend entre le propriétaire et le locataire des locaux, l’etat des lieux local commercial constitue une preuve tangible. Pour le propriétaire, c’est un support essentiel dont il pourra s’en servir pour prouver les dégradations, et donc, les travaux que le locataire doit effectuer.

Pour le locataire, c’est un outil qu’il peut utiliser contre le bailleur, au cas où ce dernier soutient à tort que le local a subi des détériorations. Une excuse valable pour ne pas lui restituer le dépôt de garantie du bail commercial. L’état des lieux d’entrée lui permet de plaider sa cause.

Les étapes pour un état des lieux d’un local commercial

Un état des lieux local commercial est une démarche qui s’effectue en plusieurs étapes. Il implique à la fois le locataire et le propriétaire du bien. Lors des états des lieux, deux cas de figure peuvent se présenter :

  • Le propriétaire ou le locataire ou encore les deux parties sont absents : dans ce cas, l’etat des lieux local commercial est réalisé par un huissier de justice. Cette situation va engendrer des frais supplémentaires qui seront répartis de manière équitables entre les deux parties

  • Le propriétaire ou le locataire ou encore les deux parties sont présents : dans ce contexte, la procédure est la même que pour un état des lieux pour un logement d’habitation. La démarche peut se faire sous le contrôle des deux parties

Lors qu’une entente a été trouvée sur les parties prenantes et la date de l’état des lieux, il ne reste plus qu’à le réaliser tout en tenant compte de respecter les éléments obligatoires qui doivent figurer dessus.

Les éléments obligatoires

Dans le cadre de la réalisation d’un état des lieux, il n’y a pas réellement d’éléments obligatoires. En fait, l’état des lieux a pour but d’empêcher tout litige au moment où le locataire décide de prendre congé des locaux. Lors de sa réalisation, chaque partie se trouve dans l’intérêt de tenir compte de l’ensemble du bien et surtout :

  • L’état des éventuels équipements attachés dans le cadre d’une location meublée

  • La présence de défauts particuliers, le cas échéant

  • L’état des plafonds, murs et sols de chacune des pièces des locaux loués

  • Les relevés d’eau, de gaz et d’électricité

Ce que dit la loi

En ce qui concerne l’etat des lieux local commercial, la loi ne présente pas de liste précise sur les éléments qui doivent obligatoirement figurés sur l’état des lieux. Toutefois, dans l’article L 145-40-1 du Code de Commerce, elle liste plusieurs principes à savoir :

  • Décrire en détails l’état de chaque pièce sans utiliser de mots trop généraux

  • Joindre à l’état des lieux des images ou photos qui permettent d’étayer la description. En cas de contentieux, elles peuvent être utiles

  • Faire apparaitre toutes les pièces du local, ainsi que les appareils ou outils le cas échéant

  • L’état des lieux doit être joint au contrat de location et gardé soigneusement par les deux parties qui l’ont signé

  • L’état des lieux doit être établi de façon contradictoire par le propriétaire, le ou les locataire(s) ou par un tiers mandaté (huissier)

Etat des lieux local commercial : est-ce obligatoire ?

Il est important de distinguer deux types de contrats : le bail professionnel et le bail commercial

Le bail commercial touche principalement la location de locaux où un fond artisanal, industriel ou commercial sera exploité. Autrement, il sera question d’un bail professionnel (par exemple location de bureaux)

Cependant, l’état des lieux d’entrée et de sortie est, dans les deux cas, obligatoire, et ce, depuis la loi Pinel de 2014. Dans le cas où l’état des lieux n’a pas été réalisé, les conséquences pour le propriétaire et pour le locataire sont différentes.

L’immobilier pour diversifier son patrimoine ?

Votre patrimoine est déséquilibré, trop de produits financiers peu rentables, trop de placements retraites non liquides, des pièces de collections au marché volatile.

Alors pourquoi ne pas diversifier votre patrimoine ?

Les banques et autres établissements financiers expliquent qu’il faut diversifier ses placements, qu’il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier. Ils vont vous proposer d’ouvrir un PEA, de souscrire à des contrats d’assurance-vie ou des titres de capitalisation. Et bien-sûr pour chaque placement, ils vous proposeront de diversifier l’épargne investie…

Oui mais avant de diversifier ses placements, il faut tout d’abord penser à diversifier son patrimoine. Voyons comment il est possible d’investir dans l’immobilier pour se constituer un bon patrimoine à long terme ou pour diversifier son patrimoine existant…

Acquérir sa résidence principale

Etre propriétaire a toujours été la première solution pour se constituer un patrimoine solide. En effet, au lieu de payer un loyer, vous remboursez les mensualités d’un prêt. Une fois arrivé à la retraite, vous aurez un logement qui vous appartiendra et que vous aurez fini de rembourser. Vous aurez donc un patrimoine qui aura pris de la valeur d’années en années et que vous pourrez vendre ou transmettre à vos héritiers à votre décès. De plus, à la retraite, si vous conservez votre résidence, vous n’aurez pas de loyer à payer tous les mois !

Devenir propriétaire est également un très bon investissement qui vous permettra de vous constituer un patrimoine solide. En effet, si vous souhaitez céder votre résidence principale, le coût de votre prêt sera bien compensé par la plus-value que vous allez réaliser, d’autant plus que cette plus-value sera exonérée d’impôts et de contributions sociales.

Ce n’est pas le seul avantage fiscal de la résidence principale, car elle bénéficie également d’un abattement de 20% (sous conditions) sur les droits de succession.

Et enfin, pour l’Impôt sur la Fortune Immobilière, la résidence principale ne sera déclarée qu’à hauteur de 70% de sa valeur vénale.

Mais malgré tous ces avantages, actuellement, notamment chez les jeunes qui sont plus mobiles professionnellement et géographiquement, le choix d’acquérir sa résidence principale n’est plus un choix aussi évident qu’avant.

Investir dans l’immobilier locatif

L’investissement immobilier est en plein boom actuellement car il permet de se constituer un patrimoine pérenne qui est moins sensible aux fluctuations conjoncturelles et aux marchés boursiers que les placements financiers. Avec des taux d’intérêts au plus bas actuellement, emprunter pour l’acquisition d’un bien immobilier est devenu très avantageux. En effet, les taux de rendement de cet investissement se situent entre 3,5 et 5,5% selon les villes en France (En 2019, dans le haut du palmarès se trouvent Le Mans, Lille, Marseille ou Montpellier). De plus, il existe des mesures de défiscalisation, comme le dispositif Pinel qui permettent sous certaines conditions de réduire considérablement ses impôts.

Investir en pierre-papier (SCPI)

La SCPI souvent appelée pierre-papier est une société civile de placement immobilier qui a pour objet l’acquisition, la gestion et la valorisation d’un patrimoine immobilier. L’investisseur, qui achète des parts de SCPI va percevoir un loyer net au prorata de son investissement. C’est ce qui constitue le principal intérêt d’investir en SCPI. Mais il existe un autre intérêt et pas des moindres d’investir dans des SCPI : les rendements de ce placement sont très séduisants (moyenne de 4,35% en 2018) !

De plus, c’est un investissement dans l’immobilier qui reste accessible à tous (jeunes, chefs d’entreprise, investisseurs, retraités…). En effet, le faible ticket d’entrée (à partir de 1 000 €) et les nombreuses possibilités d’en acheter permettent à tout investisseur de se constituer un patrimoine immobilier rapidement et facilement. Vous pourrez en acquérir en direct, auprès d’une société de gestion, d’une banque, d’un conseiller en patrimoine ou encore via un contrat d’assurance-vie.

Contrairement à un bien immobilier détenu en direct, avec des parts de SCPI vous serez exonéré de toute contrainte de gestion.

Et pour diversifier vos placements SCPI, vous pourrez choisir différentes typologie d’actifs (bureaux, commerces, centres commerciaux, locaux d’activités, entrepôts, logistique, murs d’hôtels, campings, crèches, établissements scolaires privés, murs de cliniques, maisons de retraite…). Et aurez même la possibilité de diversifier géographiquement.

Les risques et inconvénients

Comme tout investissement, l’immobilier a une part de risque non négligeable qu’il convient de bien mesurer avant de signer (fluctuation du marché immobilier, dégradation du bien, intégration au patrimoine déclarable à l’IFI, épargne non liquide, loyers impayés…). C’est pourquoi, nous vous conseillons de faire réaliser par votre banquier conseil ou par votre avocat fiscaliste un bilan patrimonial qui vous permettra d’équilibrer au mieux votre patrimoine en fonction de votre situation familiale, de votre âge, de votre statut professionnel et de vos objectifs en termes de transmission.

Crédit immobilier : L’encours est-il toujours en hausse ?

Le compte courant étant devenu un standard de la banque, proposer des produits complémentaires permet aux établissements de parfaitement se positionner face à la concurrence. Et si le crédit à la consommation est en forte demande, le crédit immobilier reste le plus apprécié des clients. Il faut dire que les conditions de souscription à un tel contrat sont plus libres et permettent à chacun d’y accéder. La Banque de France a justement mené une petite analyse concernant le crédit immobilier afin d’établir le taux de popularité de ce dernier à partir des encours enregistrés par les banques. Quelles sont les fluctuations enregistrées concernant ce dernier ? Explications.

Les prévisions pour cette année 2019

Après une année fructueuse, le marché du crédit immobilier prévoit une petite baisse de l’encours pour cette année 2019. Selon l’étude de la Banque de France, les français développeraient une aversion au risque qui les pousserait à éviter de s’endetter. Le crédit immobilier étant le plus sollicité d’entre toutes les offres de prêts, il ne sera pas épargné par cette baisse de l’encours. Selon les professionnels dans le domaine, la baisse serait d’une valeur de 30 milliards d’euros environs. Même si ce taux de réduction de l’encours est assez important, le marché demeure stable et favorable à ceux qui souhaitent trouver un financement pour acquérir leur bien immobilier ou effectuer des rénovations par exemple. Cela se remarque par le taux d’emprunt qui est toujours aussi bas malgré les anciennes prévisions des banques. Seuls certains types de profils doivent craindre une augmentation du taux d’emprunt de leur banque. Bien sûr, la baisse d’intention de souscription à un crédit fait partie des paramètres que la banque prend en compte pour établir leur taux. Si cette dernière était de 5% en 2017, les statistiques ont démontré que le nombre de foyers souhaitant contracter un crédit s’est réduit de 0,8%.

Petit rappel sur l’encours du crédit immobilier en 2018

Comme l’indique le site comparatif Détective Banque, le crédit immobilier est proposé par de plus en plus de banques, que ce soit traditionnelles, en ligne ou même les néobanques. Face à cette augmentation de l’offre, les clients se retrouvent devant un large choix de crédits qui peut leur convenir et répondre à leur besoin au mieux. Le marché est donc en pleine évolution, ce qui est également le cas de l’encours du crédit immobilier lors des dernières années.

Une augmentation des prêts immobiliers

Il y a de cela 26 ans, la Banque de France a établi sa première publication concernant les statistiques monétaires. Si ces dernières étaient généralement évolutives, l’année 2018 a connu une hausse des plus remarquables et a permis d’établir un nouveau record par rapport aux encours du crédit immobilier. Cette dernière a été estimée à près de 1003 milliards et 163 millions d’euros à quelques mois de la fin d’année. Notons que ce même encours était de 300 millions d’euros seulement il y a 16 ans de cela.

Pourquoi l’encours est-il en hausse ?

Si l’encours du crédit immobilier est autant en hausse, c’est principalement à cause de la stratégie utilisée par la BCE concernant les taux d’emprunts. Alors que le taux d’appel de certains types de prêts est en hausse, celui du crédit immobilier est toujours en baisse. La moyenne en 2018 est donc établie à 1,5% avec un taux de 0% pour le refinancement, de 0,25% pour faciliter le prêt marginal et de -0,4% concernant la facilité de dépôt. Malgré l’avantage dont profitent les clients, les banques sont face à un déficit assez conséquent. Cela ne les empêche pourtant pas de proposer un taux aussi bas étant donné la concurrence qui existe sur le marché bancaire actuel.

Quelles sont les procédures d’achat d’un bien immobilier en Thaïlande ?

Après avoir passé des vacances inoubliables dans les grandes villes de la Thaïlande, vous avez découvert que c’est un pays hautement touristique. Pour ce faire, vous avez véritablement envie d’investir dans l’acquisition de biens l’immobilier pour augmenter vos bénéfices. Découvrez ici les procédures pour l’acquisition d’un bien immobilier en Thaïlande.

Pourquoi investir dans l’immobilier en Thaïlande est-il une aubaine ?

Il existe de multiples raisons qui prouvent qu’investir dans l’immobilier en Thaïlande est une excellente opportunité à saisir. En réalité, dans ce sublime pays, le rendement locatif atteint les 10 % chaque année. En revanche, le rendement moyen de l’immobilier en France est de 1 % seulement.

De plus, les lois fiscales immobilières qui sont en vigueur en Thaïlande sont très attractives. En vérité, il n’existe pas de taxe d’habitation, de taxe foncière ou encore de droit de succession dans ce pays. De même, l’impôt sur le revenu foncier est aussi moins élevé qu’en France. De façon plus précise, le taux appliqué varie de 8 à 12 % en fonction des biens.

En Thaïlande, la valeur des biens immobiliers augmente jusqu’à 5 % chaque année. Ainsi, si vous acquérez un bien cette année par exemple, alors le bénéfice que vous allez gagner en vendant votre bien l’année prochaine sera très important. De même, si vous avez acquis votre bien récemment et que vous désirez le céder assez rapidement, alors sa plus-value augmentera toujours. En réalité, au cours de la vente, vous devez tenir compte du niveau du baht qui ne fait qu’augmenter chaque jour. Cette évolution du baht implique également celle de la plus-value.

En outre, à ce moment précis, les prix auxquels sont vendus les biens immobiliers en Thaïlande sont très captivants. Le capital que vous allez investir dans l’acquisition d’un logement pouvant servir de bureau ou d’habitation haut de gamme sera 3 ou 4 fois inférieur à celui que vous dépenserez en France dans certaines zones touristiques. Ainsi, en optant pour l’immobilier en Thailande, vous allez booster vos revenus.

Les différentes démarches pour acquérir un bien immobilier en Thaïlande

Les procédures d’acquisition des biens immobiliers en Thaïlande sont moins complexes. Il vous suffit de respecter certaines règles. Cependant, la manière la plus rassurante d’acheter un bien immobilier est de vous faire accompagner par une agence immobilière en Thaïlande. Cela vous évitera de tomber sur les arnaqueurs.

Faire appel à un conseiller juridique

La première démarche consiste à faire appel à un conseiller juridique pour vos négociations financières. Ce dernier se chargera de la vérification réelle des différentes pièces de la transaction. En effet, il faut noter qu’en Thaïlande, il n’existe pas de notaire : il est donc vivement conseillé de vous faire accompagner par un professionnel.

Par ailleurs, si vous ne vous exprimez pas correctement en anglais, vous avez la possibilité de faire appel à un conseiller francophone en vous rendant à l’ambassade de France.

Posséder un compte bancaire en Thaïlande

Pour l’acquisition d’un bien immobilier qui portera votre nom, vous devez nécessairement avoir un compte individuel dans l’une des banques thaïlandaises. En effet, cela rendra plus transparents les paiements, et vous payerez moins de frais. De même, à l’ouverture du compte, vous recevrez les certificats bancaires en thaï. Ces derniers sont nécessaires au moment du transfert de propriété.

La signature du compromis de vente

Dès que vous avez trouvé le bien immobilier que vous désirez acquérir, il vous revient de soumettre votre offre au vendeur à travers l’agent immobilier. Ce dernier est également bien placé pour vous fournir toutes les informations indispensables en rapport avec l’acquisition des biens immobiliers neufs ou anciens.

Cependant, si vous arrivez à trouver un accord sur le prix de vente avec le vendeur, il revient au conseiller juridique d’effectuer les vérifications qui s’imposent afin de s’assurer de la légitimité de la transaction. Si tous les documents sont authentiques et en règle, alors le compromis de vente doit être rédigé. Ce document doit obligatoirement comporter les différentes modalités de paiement dans le cas où elles seraient partagées. Il contiendra également les conditions validées par vous et le vendeur. De plus, pour confirmer la vente à la signature du compromis, vous devez verser un dépôt de garantie de 3 à 5 %.

La transmission des fonds

Si l’acquéreur ne dispose pas de permis de résident continuel en Thaïlande, alors les fonds doivent impérativement venir de l’extérieur. Ces fonds doivent être crédités sur le compte en Thaïlande, et la banque délivrera un document nommé « Foreign Exchange Transaction Form » qui servira à faire l’enregistrement du bien à votre nom sur le cadastre thaïlandais. De plus, en cas de revente, ce document permettra également de certifier le retour des fonds dans votre pays.

Pourquoi investir dans l’immobilier de nos jours ?

Comme il y a 30 ou 60 ans, les raisons pour lesquelles il est intéressant de devenir propriétaire ne varient pas. Être chez soi signifie pouvoir arranger son logement à sa guise et laisser à ses enfants un patrimoine. Mais l’économie oscille au fil des ans et la tendance se montre favorable au marché de l’immobilier.

L’investissement immobilier s’avère toujours aussi pertinent dans la conjoncture actuelle. Comme les taux d’intérêt sur les emprunts restent à des niveaux historiquement bas, cette année pourrait marquer un tournant en matière d’achat de biens. Qu’il s’agisse d’acheter un appartement ou une maison, pour la première fois ou non, pour louer ou pour y vivre, mettre de l’argent dans l’immobilier demeure, plus que jamais, dans l’air du temps.

Parce que les taux d’intérêt restent bas

Aujourd’hui les banques accordent des prêts à des taux, jamais utilisés depuis les années 40 ! À titre d’exemple, le quotidien Figaro a sorti la calculette : en 2012, un prêt sur 20 ans avait un taux fixe de 3,30 %, aujourd’hui, il atteint 2,60 %. Cette bonne santé économique commence à vaciller, c’est pourquoi il est important d’en profiter dès à présent.

Pour se constituer un patrimoine

Même si vous gagnez suffisamment bien votre vie actuellement, quand sera-t-il quand vos enfants deviendront étudiants ? Quand vos revenus diminueront drastiquement à l’heure de la retraite ? L’immobilier peut non seulement vous apporter une source de revenus non négligeable, mais également, un logement sans loyer pour vous et votre famille quand vous en aurez le plus besoin.

Pour profiter d’aides très incitatives

Il existe de multiples aides financières pour soutenir les acheteurs rappelle le réseau immobilier La Résidence : prêt à taux zéro qui fonctionne désormais dans l’ancien, conventionné, APL, Action Logement, PEL, aides spécifiques pour les jeunes, pour les primo-accédants, aides régionales, municipales, etc.

Pour offrir une richesse à ses enfants

Même sans ressources particulières, un bien immobilier constitue une source de revenus non négligeable. À votre décès la revente de votre bien permettra à vos enfants de se constituer également un capital.

Pour ne rendre de compte à personne

Vous avez envie de casser un mur ? De repeindre la salle de bain ou bien encore de louer votre appartement pendant vos congés ? Autant de désirs que votre propriétaire peut refuser. En achetant votre propre bien, vous pourrez choisir vous-même de réaliser des travaux d’entretien ou de décoration ou bien encore de louer votre chez-vous.

L’ouest attire de plus en plus d’acheteurs immobilier

C’est devenu le dernier secteur à la mode : après le Sud-Est et le Sud-Ouest, l’Ouest attire de plus en plus. En particulier la Bretagne qui, outre son cadre de vie, offre d’excellents taux de réussite scolaire !

A la conquête de l’Ouest

«Les migrations soutiennent le dynamisme démographique en Bretagne », explique l’antenne régionale de l’Insee. Et pour cause. Avec ses villes entreprenantes et ses stations balnéaires préservées , ce territoire séduit. Au troisième trimestre 2006, son économie continuait d’aller de l’avant et le chômage poursuivait sa décrue. Conséquence : « La croissance de l’excédent migratoire de laBretagne est entièrement imputable à la classe d’âge des actifs ». C’est l’Ile-de-France qui apporte, ici encore, la principale contribution. La Bretagneapparaît désormais très attrayante après avoir fait longtemps figure de parent pauvre. Mais elle n’attire pas que les actifs. Elle se place aussi au troisième rang des régions françaises pour le taux de solde migratoire des seniors. Des retraités qui viennent ici retrouver leurs racines sur une terre de légendes ou goûter aux joies d’un climat tempéré.

2012 : toute la Bretagne à trois heures de Paris

L’autre raison de son succès : sa proximité de la capitale grâce à l’autoroute, au TGV… et à l’ADSL. Sur le marché haut de gamme, concentré sur le littoral, la demande reste soutenue par des Franciliens retraités, mais aussi des quadras et des quinquas qui, grâce au télétravail, délocalisent patrimoine immobilier et famille. Car la Bretagne dispose d’un autre pouvoir de séduction : son taux de réussite scolaire. L’Ille-et-Vilaine et le Morbihan connaissant les plus fortes croissances de population, grâce au TGV qui place Parisà 2 h 10 de Rennes ou trois heures de Vannes .

Bien sûr, ce sont les départements où les prix sont les plus hauts. Voire prohibitifs quand les balcons du golfe du Morbihan ou des côtes malouines proposent la vue sur la mer . En Bretagne, l’immobilier , qui frise les 50 % de hausse depuis 2003, demeure cher par manque d’offres. Des perles restent tout de même à dénicher, notamment dans le Finistère en passe de devenir le nouvel Eldorado breton. Non seulement il abrite quelques-uns des meileurs lycées de France , mais il préserve encore des accès directs sur les plages, par exemple dans la baie de Douarnenez, à 300 000 euros ! Du très rare, et bientôt introuvable… car cette côte pourrait n’être plus qu’à trois heures de TGV de Paris en 2012.

Douce campagne francilienne

Les bouchons commencent aujourd’hui à 60 kilomètres de la capitale, et non plus à 30. « L’étalement urbain s’accélère autour des villes de moins de 10 000 habitants », indique en effet l’Insee. Jusqu’en 1999, les villes grandes et moyennes se développaient très vite. Depuis, « la croissance démographique se porte là où l’on se trouve à la fois dans un cadre de vie rural et dans la zone d’attraction d’un ou de plusieurs pôles urbains ».

C’est exactement le cas du Bassin parisien. Bien sûr, cette « rurbanisation », accélérée par la hausse des prix de l’immobilier dans et autour de la capitale, a ses inconvénients. Les budgets de déplacement sont lourds et l’offre en services et équipements peine à se développer, notamment l’Internet à haut débit. Pour autant, ce choix prioritairement motivé par la recherche d’un meilleur cadre de vie comporte de beaux avantages.

La troisième couronne redynamisée

Touchées par ce phénomène : les zones rurales de Seine-et-Marne . Une destination choisie par Isabelle, Michaël et leurs deux enfants. Ils y ont troqué un appartement exigu en première couronne contre une maison avec jardin , dans un village au décor digne de Jacquou le Croquant. Lui, commercial itinérant, gère son temps de travail. Elle, couvre chaque jour 60 kilomètres pour se rendre au bureau et en revenir… avec bonheur. « Les enfants vont à l’école à pied. Des amis se sont installés ici, et nous avons sympathisé avec les voisins de notre âge ». De nouvelles amitiés pour les barbecues du week-end et les promenades en VTT dans la forêt située juste au bout de la rue.

Car ces départs sur les franges franciliennes, suscités par la recherche d’un nouvel art de vivre à la campagne, sont également favorisés par le télétravail. La troisième couronne en devient d’autant plus séduisante : l’Oise , l’Eure , le Loiret ,  l’Yonne , l’Eure-et-Loir , la Marne , l’Aube et l’Aisne . Des départements où s’installe une nouvelle catégorie de Franciliens attirés par cette qualité de vie au vert. Mobiles, ils préfèrent les petites et moyennes communes et favorisent le développement local. Ils s’accompagnent d’une clientèle plus aisée qui achète et revalorise le patrimoine. Tout pour redynamiser une troisième couronne, à la fois si proche et si éloignée de Paris .